Se connecter S’abonner

Banques : la Société générale va fusionner avec le Crédit du Nord, au grand désarroi des syndicats

La Société générale annonce mercredi 23 septembre son projet de rapprochement avec le Crédit du Nord pour créer une nouvelle banque.

Banque mobilité bancaire loi macron

C’est un coup de tonnerre pour les employés de la Société générale et du Crédit du Nord. Le groupe basé à la Défense annonce se rapprocher de sa filiale du nord. En effet, le Crédit du Nord fait partie du réseau avec Boursorama et certaines agences de la Société générale, ainsi que huit autres banques régionales. Cette annonce est en lien avec les pertes enregistrées dans sa banque d’investissement, précise Le Figaro, avec un trou de 1,6 milliard d’euros au premier semestre. De plus, l’action a perdu 60% de sa valeur depuis début 2020 et c’est deux fois plus que le reste du secteur, précise encore le quotidien. La Société générale devrait ainsi pouvoir rationaliser ses activités et réduire ses coûts, alors qu’elle avait déjà annoncé cet été des restructurations de ses activités de banque d’investissement et de détail.

Les syndicats des deux banques ont réagi à cette annonce : la CFTC Crédit du Nord et le SNB CFE-CGC de la Société générale craignent pour l’emploi. « C’est une catastrophe », a déclaré à l’AFP Laetitia Vidoni, déléguée CFTC. « Nous avons peur que ça entraîne la disparition d’un grand nombre d’emplois car il y aura des doublons », ajoute la syndicaliste. Daniel Petrucci, secrétaire général du SNB CFE-CGC, « pressentait qu’une décision stratégique serait prise, compte tenu du contexte, notamment la crise de la Covid ».

A LIRE >>> Une étude estime à 410 milliards d’euros le coût des abus payés par les banques

10 millions de clients en tout

La Société générale a lancé une étude sur le projet de rapprochement. Les deux fonds de commerce compteraient près de 9 millions de clients particuliers et 1 million de clients professionnels et entreprises. Le groupe doit aussi présenter un nouveau plan stratégique dans le courant du premier semestre 2021, alors qu’il rassure sur son niveau de fonds propres : le ratio de solvabilité (CET1) devrait être compris entre 11,5% et 12% à la fin de l’année.