Placement: 2020, une année charnière pour le marché de l’art en ligne 

Les conséquences économiques du Covid-19 ne sont pas encore tous connus, mais une crise importante est attendue. Du côté du marché de l’art en ligne, pourtant, c’est un effet positif qui est envisagé. En effet, 85% des plateformes de vente d’objets d’art et de collections envisagent une augmentation de leur chiffre d’affaires dans les 12 prochains mois et 65% « s’attendent à ce que l’impact de la pandémie sur le marché soit à la fois significatif et permanent », selon une étude de l’assureur spécialisé Hiscox. 

Une augmentation des ventes en ligne 

Les indicateurs pointent vers une multiplication des ventes d’art en ligne. Pendant le premier semestre de l’année, les géants des enchères Christie’s, Sotheby’s et Phillips ont vendu sur internet 436% de plus qu’au cours des trois premiers mois de 2019. Au total, cela représente 370 millions de dollars, soit 329,3 millions d’euros. La part des ventes en ligne sur le total des enchères passe de 1,2% l’année dernière à 28,3% cette année. 

A LIRE >> Coronavirus: les fonds durables ont mieux résisté à la crise

Si l’on en croit cette étude, le coronavirus représente un potentiel « catalyseur » de la vente d’art sur internet. La crise pourrait donner « un nouvel élan et un nouveau souffle à la vente en ligne ». « Les transactions numériques représentent toujours moins de 10 % du marché de l’art, mais nous sommes impatients de voir comment cela pourrait évoluer dans les mois et les années à venir », affirme ainsi Robert Read, responsable des Beaux-arts pour Hiscox. 

Quel marché dans cinq ans ? 

Si le marché numérique prend une place plus importante, à quoi pourra-t-il ressembler dans cinq ans ? Le scénario le plus commun pour les plateformes serait d’une domination par une poignée d’acteurs mondiaux. 65% des entreprises interrogées l’imaginent ainsi. 63% pensent que les opérateurs actuels du marché de l’art vont prendre en main cette transition tandis que 48% des sondés envisagent l’arrivée d’un « outsider », sous la forme d’une « start-up » ou d’un « géant de la technologie ». 

Rédaction Mieux Vivre

Partager
Publié par
Rédaction Mieux Vivre

Articles récents

Immobilier: les achats dans les stations balnéaires se multiplient

La hausse des prix de l’immobilier en bord de mer n’empêche pas une envolée des achats de maisons et d’appartements…

11/08/2020 15:48

Finance durable: des néobanques placent l’environnement au cœur du système bancaire

A la rentrée, trois néobanques feront leur entrée sur le marché français. Pour se démarquer de la concurrence, elles assurent…

11/08/2020 14:20

IR-PME : ce que va vous faire gagner le taux relevé à 25%

25% au lieu de 18%. Tel est depuis hier le taux de réduction d’impôt accordé aux investissements dans le capital…

11/08/2020 13:59

Immobilier: un regain d’intérêt pour le viager

Depuis la pandémie, des familles s'intéressent de plus en plus au viager comme alternative à la maison de retraite.

11/08/2020 12:24

Emploi: les travailleurs à temps partiel pas logés à la même enseigne

Les femmes, les jeunes et les seniors sont particulièrement concernés par le temps partiel. Une étude de la Dares met…

11/08/2020 11:29

Immobilier locatif: la suspension des loyers maintenue en cas d’insalubrité

Etudiée par le gouvernement, la suppression de la suspension des loyers en cas d’insalubrité des seules parties communes restera en…

11/08/2020 09:02