Bitcoin : « Le halving est directement lié à l’offre de bitcoin et affecte indirectement la demande »

Le prochain « halving » a lieu ce mardi 12 mai 2020. Un moment crucial pour tous les investisseurs qui s’intéressent à la cryptomonnaie. Interview de Andy Bryant, co-directeur de bitFlyer Europe pour mieux comprendre l’intérêt ou pas, d’investir à cette occasion.

Andy Bryant, co-directeur de la plateforme d'échange de cryptomonnaie bitFlyer Europe

Qu’est-ce que le halving ? Pourquoi a-t-il lieu tous les 4 ans ?

Andy Bryant : Le bitcoin, de par sa conception, est tenu de manière prédéterminée de suivre une courbe d’offre prédéfinie. Cela signifie que la création de nouveaux bitcoins (qui sont intégrés dans le système et ne peuvent être modifiés) est mathématiquement définie pour suivre un calendrier connu. 
Il y a 11 ans, 50 bitcoins étaient minés toutes les 10 minutes. Environ 4 ans plus tard, ce chiffre a diminué de moitié, si bien qu’à partir de 2012, seulement 25 bitcoins étaient minés toutes les 10 minutes. Puis, 4 ans plus tard, en 2016, ce chiffre a encore diminué de moitié, de sorte que seulement 12,5 bitcoins soient minés toutes les 10 minutes. Lorsque le taux d’émission de nouveaux bitcoins diminue de moitié, on parle de « halving »et c’est un événement très important pour le secteur. Personne ne décide de le faire. Personne ne contrôle cet événement. Il est inscrit dans l’ADN même du bitcoin. Tous ceux qui veulent participer au bitcoin doivent convenir que c’est ainsi et que cela ne peut être changé. Un peu comme si, par exemple, tous les quatre ans, la moitié des mines d’or du monde disparaissent soudainement. Cela ne change rien aux stocks existants, mais affecte simplement le rythme auquel de nouvelles ressources sont créées.

Pourquoi le bitcoin a-t-il été conçu de cette manière ? que signifie la réduction de moitié des bitcoins pour la demande ?

A.B : L’objectif est de rendre le bitcoin de plus en plus difficile à obtenir au fil du temps. Il s’agit d’une rareté numérique mathématiquement imposée. C’est la raison pour laquelle les gens s’y intéressent tant ! C’est le contraire de ce que font les gouvernements avec tout cet « assouplissement quantitatif » ou l’impression de monnaie. La courbe de l’offre de bitcoin a commencé de manière abrupte (50 btc / 10 minutes) et s’aplatit à chaque « halving ». C’est ainsi que 87 % de toutes les pièces de monnaie qui existeront jamais ont été créées dès les premières années, tandis que la dernière nouvelle pièce de monnaie ne sera pas créée avant 2100. C’est asymptotique. Cela ne tient pas compte de tous les bitcoins qui sont perdus à jamais à cause de clés privées jetées ou oubliées. Certaines estimations évaluent ce chiffre à 4 millions de bitcoin (environ 20% de l’offre en circulation). Le halving est donc directement lié à l’offre de bitcoin et affecte indirectement la demande, car les gens se font de plus en plus concurrence pour acquérir un bien dont ils savent qu’il deviendra plus rare après coup. Le bitcoin est le premier actif financier de l’histoire pour lequel nous disposons d’une offre 100 % prévisible et prédéfinie pour les décennies à venir. 

A LIRE >>>> Bitcoin : les transactions bientôt facilitées

Pourquoi et comment la réduction de moitié affecte le prix de bitcoin ?

A.B : Si le « halving » ne modifie pas directement la demande de bitcoin, elle réduit de moitié la nouvelle offre. Selon la théorie économique rudimentaire, si l’on réduit l’offre, alors que la demande reste inchangée, le prix doit augmenter. En réalité, beaucoup d’autres facteurs entrent en jeu, la psychologie, l’engouement des médias et les attentes jouent un rôle clé dans le prix.  Certains pensent que le marché va se réguler automatiquement et suggèrent que, puisque la variation de l’offre est connue bien à l’avance, le prix actuel devrait déjà être fixé en tenant compte de la réduction à venir et ne devrait pas changer après celle-ci.  D’autres soulignent que lorsque l’offre baisse, les mineurs de bitcoin doivent conserver une part plus importante des nouvelles pièces créées pour payer leurs coûts d’exploitation et que, par conséquent, moins de pièces arrivent sur le marché, ce qui fait monter le prix. 

En contrepartie, d’autres acteurs économiques qui possèdent des bitcoins aujourd’hui pourraient être tentés de les vendre au moment où l’intérêt du grand public augmente, et en conséquence faire baisser le prix. 

De nombreux facteurs entrent donc en jeu, et personne ne peut réellement prédire ce qu’il va se passer. Il pourrait s’agir d’un grand non-événement.

Les résultats précédents ne sont pas une garantie de rendements futurs. Le « halving » a déjà eu lieu deux fois dans l’histoire de bitcoin (il s’agit aujourd’hui de la troisième). Il y a donc bien sûr beaucoup de spéculations sur ce qui va se passer. Les deux dernières fois, cela a précédé une hausse des prix de plusieurs milliers de pourcentages au cours des mois suivants. Mais cela ne garantit pas que cela se reproduise. D’autant plus que comparé à 2016, il existe aujourd’hui des moyens plus sophistiqués de parier contre le prix (comme les contrats à terme ou autres instruments dérivés).  Lors des derniers halvings, la seule possibilité offerte était d’acheter ou de ne pas acheter, de sorte que la pression à la baisse sur les prix a été supprimée.

Quelles répercussions peut avoir la crise du covid-19 sur le marché du Bitcoin ? 

A.B : La crise sanitaire a probablement poussé les gens à repenser et à questionner la valeur de l’argent tel qu’on la connaît. La confiance et l’état d’esprit envers l’argent change. On envisage le bitcoin comme une alternative. Une récente étude menée par bitFlyer a d’ailleurs révélé que, malgré la pandémie mondiale, la confiance dans les cryptomonnaies grandit cette année comparée à l’année dernière. La France fait partie des pays d’Europe ayant vu une augmentation de confiance envers les monnaies virtuelles pour 60% des gens interrogés qui pensent que les cryptomonnaies existeront encore dans 10 ans (contre 55% en mars 2019). Les monnaies virtuelles sont considérées comme une alternative au système financier traditionnel et souvent comme un investissement judicieux.

Quand investir, avant ou après le halving ? 

A.B : Il faut s’attendre à une certaine volatilité. La communauté des investisseurs en bitcoin est beaucoup plus importante qu’il y a quatre ans et beaucoup d’entre eux font face, pour la première fois, au « halving ». Les tendances de Google confirment que la recherche des mots clés « bitcoin halving » a atteint un niveau record ces dernières semaines. De nombreuses personnes vont se laisser emporter par la tendance et investir des sommes considérables dans les jours à venir en espérant un retour rapide. Les investisseurs prudents n’essaieront probablement pas de spéculer sur cet événement étant donné l’incertitude. Les investisseurs à long terme peuvent choisir de réduire l’effet de la volatilité en faisant une « moyenne des coûts en dollars », c’est-à-dire en achetant régulièrement de petits montants sur une longue période, afin de lisser les fluctuations de prix et d’atteindre un prix moyen. D’autres facteurs purement psychologiques, comme l’appétit pour le risque et la préférence pour la gratification rapide (time-preference) devraient également avoir un impact sur l’évolution du prix. 

En fin de compte, il est impossible de donner des conseils qui soient garantis comme étant de bons conseils. Je conseillerais simplement aux lecteurs de gérer leurs risques en conséquence.

Sur le même thème

Bitcoin Coronavirus Cryptomonnaies Placements

Réactions et commentaires

Sur la même thématique