Crowdfunding immobilier: de probables retards et suspensions de remboursements

L’arrêt de nombreux chantiers, en raison de la crise sanitaire du coronavirus, fait craindre des répercussions sur les remboursements des prêts aux entreprises via le crowdfunding.

Le crowdfunding immobilier prévoit généralement le remboursement du capital et des intérêts une fois le projet concrétisé. Crédit: iStock.

Le crowdfunding immobilier a bondi en 2019. Alors, forcément, la crise sanitaire du coronavirus a quasiment mis à l’arrêt l’activité économique et tout particulièrement le secteur du bâtiment. Ainsi, les plateformes de financement participatif sous forme de prêt aux entreprises sont nombreuses à prévoir des gels ou des décalages des remboursements de trois à six mois, explique Le Monde.

Par ailleurs, cet investissement alternatif ne garantit ni le capital ni le rendement annoncé. Aussi, tout est possible. En cas de défaillance de l’entreprise emprunteuse, l’investisseur n’est pas à l’abri d’une perte partielle, voire totale, de ses fonds. Dans le secteur de l’immobilier, différents acteurs parlent d’un report des opérations dont les débouclages étaient imminents.

Un report n’empêche pas la rentabilité

« Dans l’impossibilité de vendre les derniers lots d’un programme, de passer les ultimes actes chez le notaire ou d’effectuer la livraison d’un immeuble, les promoteurs ne peuvent pas clôturer une opération arrivée dans sa dernière phase », précise au quotidien Quentin Romet, président d’Homunity. « Les projets qui devaient être remboursés entre mi-mars et fin avril sont décalés d’au moins trois mois. Les éventuels versements de coupons sont suspendus pour la même période », complète Joachim Dupont, fondateur d’Anaxago.

A LIRE >> Placements: le crowdfunding immobilier poursuit son essor

Dans la pratique, le crowdfunding immobilier prévoit généralement le remboursement du capital et des intérêts une fois le projet concrétisé. Dans ce cas, le report du remboursement des fonds permettra à l’investisseur de profiter de plus d’intérêts. Qui plus est, toutes les opérations de crowdfunding immobilier prévoient contractuellement une prorogation possible de six mois après la date de sortie officielle du projet. « Un retard de quelques mois ne devrait pas remettre en cause la finalisation d’une opération et sa rentabilité », estime Arnaud Romanet-Perroux, fondateur d’Upstone. 

Sur le même thème

immobilier Immobilier neuf

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique