Une nouvelle directive européenne, dénommée Mifid II (pour directive sur les marchés d’instruments financiers), est entrée en vigueur dans notre pays. Son objectif ? Apporter une meilleure information aux épargnants vis-à-vis notamment des frais appliqués aux Sicav.

Ainsi, parmi les avancées, figure l’obligation pour les sociétés de gestion de détailler tous les frais facturés, que ce soit en amont de la souscription de parts, au moment de la transaction, ou pendant la durée de la détention, avec l’envoi de courrier d’information plusieurs fois par an.

Une incitation à faire jouer la concurrence

Cette révolution va permettre aux investisseurs de mieux comprendre l’impact que peuvent avoir à long terme ces frais sur la performance des fonds auxquels ils ont souscrit.

Une prise de conscience qui devrait les inciter à faire davantage jouer la concurrence entre les produits d’une même maison ou ceux d’autres enseignes.