Retraite : 9 expressions à retenir pour comprendre le calcul de votre pension

Durée d’assurance, majorations familiales, surcotisation… le vocabulaire lié à la retraite est souvent difficilement compréhensible. Voici 9 expressions à retenir.

Le futur retraité a une épreuve à surmonter avant de demander sa pension : comprendre un système compliqué. ©iStockPhoto

Compte retraite

Espace personnel sécurisé accessible sur Info-retraite.fr. Vous y trouverez votre historique en matière de droits à la retraite et pourrez y effectuer des simulations de vos futures pensions.

Durée d’assurance

Nombre de trimestres validés dans votre carrière. Comptent les trimestres cotisés, et aussi d’autres périodes, comme les trimestres assimilés et les trimestres pour enfants. Mais attention, l’expression « durée d’assurance » renvoie à deux notions différentes, utilisées pour le calcul des pensions de base : la « durée d’assurance tous régimes confondus » et la « durée d’assurance à un régime particulier ».

Durée d’assurance requise

Nombre de trimestres nécessaire pour une retraite de base sans décote, dite « à taux plein ». C’est de la durée tous régimes confondus qu’il s’agit. Elle est fixée par l’Etat et varie selon les années de naissance. C’est, par exemple, 166 trimestres pour la génération 1956.

Complémentaire(s) retraite

Part(s) de pension qui s’ajoute(nt) à la pension de base. Exemple : les complémentaires des salariés du privé sont versées par l’Agirc et l’Arrco. Ces régimes sont le deuxième étage de notre système de retraite obligatoire. Qui dit complémentaire ne dit pas négligeable : pour les cadres, elle représente parfois plus de la moitié de la pension totale.

Majorations familiales

Bonus dont bénéficient les parents lors du calcul des pensions. Il peut s’agir d’un bonus de trimestres (on parle alors de « majoration de durée d’assurance ») ou d’un bonus de pension, par exemple celui de 10 % accordé par beaucoup de régimes aux parents ayant eu ou élevé trois enfants ou plus.

Périodes assimilées

Trimestres non cotisés mais qui comptent dans le calcul de votre pension : trimestres de chômage indemnisé, certaines autres périodes de chômage, périodes de maternité, de maladie ou d’invalidité, service national. Pour dire si vous avez droit ou non à une retraite anticipée pour carrière longue, les trimestres assimilés ne sont pris en compte que dans une certaine limite.                                                                                                   

Salaire annuel moyen (SAM)

C’est la moyenne des salaires de vos 25 meilleures années de carrière, corrigés par des coefficients de revalorisation pour tenir compte de l’inflation. Attention, votre salaire est retenu dans la limite du plafond de la Sécurité sociale de l’année concernée, 39 228 euros pour 2017.

Résultat : votre salaire annuel moyen peut être inférieur à la moyenne des salaires de vos 25 meilleures années ! Le SAM est l’élément clé du calcul de votre pension de base : si vous avez toujours été salarié et que vous avez le nombre de tri- mestres requis pour votre génération, votre retraite de base sera égale à 50 % (taux plein) de votre salaire annuel moyen.

Retraite progressive

Dispositif qui permet, dans les régimes alignés, de toucher une fraction de ses pensions tout en continuant à travailler à temps partiel. C’est possible dès 60 ans, à condition d’avoir au moins 150 trimestres. Lors du véritable départ à la retraite, la pension est recalculée pour tenir compte des nouveaux droits engrangés.

Surcotisation

Possibilité pour un travailleur à temps partiel de cotiser comme s’il était à temps complet, pour améliorer sa retraite de base. Pour un salarié, l’employeur doit être d’accord, car les cotisations patronales sont concernées. Dans la Fonction publique, cette option est limitée dans la durée.

 

Sur le même thème

Cumul emploi retraite retraite Retraite complémentaire

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique