Emmanuel Macron a annoncé mercredi la présentation d’une loi sur les retraites « au début de l’année 2019 » et qui devrait être « votée dans le premier semestre » de la même année. « Je veux que nous puissions maintenir notre système de retraite par répartition et la solidarité entre générations », a déclaré le chef de l’Etat lors d’un discours au congrès de la Mutualité à Montpellier.

Des différences devenues aujourd’hui inexplicables

« La refonte de l’ensemble de notre système de retraite », conduira selon le président vers un « système (…) qui permettra qu’un euro cotisé donne le même montant de droit ». « Que nous fassions progressivement converger l’ensemble des régimes existants qui s’étaient construits dans des différences aujourd’hui devenues inexplicables, c’est la clé pour rétablir (…) la justice du système », a déclaré M. Macron.  « C’est la clé pour répondre à la défiance collective dans laquelle nous nous sommes installés et aussi pour répondre au défi du vieillissement », a-t-il ajouté.

A LIRE >> Pourquoi une réforme de la pension de réversion s’impose

« Nous avons choisi de ne pas faire une énième réforme budgétaire privilégiant le court terme », a-t-il justifié, appelant à « enfin remettre à plat l’édifice ». Depuis un an, le chef de l’Etat a peu précisé ses intentions, indiquant seulement vouloir « consolider » le système de retraite par répartition.

Les Français sont d’ores et déjà invités à y réfléchir via une « large consultation citoyenne » lancée fin mai. « Un sujet d’une telle ampleur nécessite une large consultation citoyenne », avait alors estimé Jean-Paul Delevoye, Haut commissaire à la réforme des retraites. Des discussions ont également été entamées mi-avril avec les partenaires sociaux.