« Il n’y a aucun projet du gouvernement tendant à changer les règles qui s’appliquent en matière de pension de réversion« , a martelé sur RTL le Premier ministre.  « Je vais vous le dire de la manière la plus claire qui soit car tout ça m’insupporte depuis que le débat est né », a-t-il insisté.  Soulignant qu’une « grande réforme » des retraites était en cours d’élaboration et devait aboutir « l’année prochaine », le Premier ministre a promis qu’en « en aucun cas nous ne travaillons à remettre en cause les pensions de réversion qui existent aujourd’hui« .

Des inquiétudes

Le gouvernement s’escrime depuis plusieurs jours à éteindre les inquiétudes soulevées par les organisations syndicales, la gauche et la droite, qui ont évoqué la possibilité d’un coup de rabot voire d’une suppression de ces pensions. Ces pensions concernent 4,4 millions de bénéficiaires, dont 89% de femmes. Les craintes autour d’une possible remise en cause avaient été alimentées par une question, posée dans un document du Haut-commissariat à la réforme des retraites, puis sous une autre forme sur la plateforme en ligne: « Doit-on maintenir des pensions de réversion? »