La réforme des retraites voulue par le gouvernement va « allonger l’âge de départ » pour le secrétaire général de la CGT

Dans le cadre de la réforme des retraites, les partenaires sociaux sont attendus ce mercredi au ministère des Solidarités, avec le Haut commissaire aux retraites Jean-Paul Delevoye. A quelques jours de cette rencontre, le secrétaire général de la CGT donne son point de vue sur cette réforme à venir.

La réforme des retraites vers un système universel par points, piste privilégiée par le gouvernement, va « changer le système social français », a prévenu samedi le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez, inquiet d’une réforme « profondément inégalitaire ». « Le système à points a plusieurs défauts. Le premier, c’est que sous couvert d’égalité, il est profondément inégalitaire, parce que vous ne cotisez que quand vous êtes en activité », a déclaré le responsable syndical à l’antenne de France Inter. « Or, notre système est solidaire parce qu’il peut y avoir des accidents de la vie professionnelle, le chômage, la maladie, etc. », a-t-il poursuivi.

Un allongement de l’âge de départ

Pour lui, la réforme préconisée par le gouvernement va « allonger l’âge de départ à la retraite. On va vous dire « vous pouvez partir à 62 ans » mais si vous n’avez pas les moyens de vivre, vous allez donc continuer à travailler pour avoir plus de points ». « La finalité, c’est que vous allez partir à 65, 67 ans ».  Autre problème: « comment va être déterminée la valeur du point », a relevé M. Martinez, rappelant que « dans certains pays » elle était « fluctuante en fonction de la conjoncture (…), en fonction de l’âge, de la durée de vie, etc. ». « Y compris pour les retraités, le point pourra changer d’une année à l’autre », a-t-il ajouté.

A LIRE>>> Pension de réversion : le sujet est loin d’être clos et les questions qui fâchent fusent

Pour réduire le déficit chronique des caisses de retraite, il a prôné « quelques mesures très simples », comme payer les femmes autant que les hommes, ou décider « moins d’allègements de cotisations pour les employeurs, notamment pour les grandes entreprises ».  Sinon, a-t-il alerté, « à long terme, ce qu’on vous donne d’un côté, vous allez en avoir moins de l’autre ». « On change le système social français, on passe de la carte vitale à la carte bleue, c’est-à-dire que vous n’êtes plus égaux devant la santé, le chômage, la retraite ».
Les partenaires sociaux sont attendus mercredi à une multilatérale au ministère des Solidarités, avec le Haut commissaire aux retraites Jean-Paul Delevoye, pour faire un bilan des concertations et lancer un nouveau round de négociations autour d’un projet précisé.

Sur le même thème

Pension de retraite Pension de réversion Réforme des retraites

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique