Ehpad : malgré son coût, il reste l’alternative favorite des Français

L’hébergement en Ehpad coûte des sommes faramineuses. Pourtant, il semble être la solution la plus répandue en France.

Le coût d’une maison de retraite représente 114% des ressources mensuelles moyennes des plus de 75 ans. Crédit : Dicom/Sarah ALCALAY/SIPA

Le coût d’une maison de retraite représente 114% des ressources mensuelles moyennes des plus de 75 ans. Il est donc impossible pour la majorité des personnes dépendantes de s’assumer seules. Si les soins sont pris en charge par l’Etat, l’hébergement, lui, est à la charge du patient et par rebond, à la charge de sa famille dans la plupart des cas. En moyenne, l’hébergement s’élève à 2000 euros pour les personnes les plus dépendantes et le prix d’une chambre peut varier de moins de 1000 euros à plus de 6000 euros par mois. Des tarifs élevés et un reste à charge important qui n’empêchent pas la France de se placer parmi les pays européens qui ont le plus recours aux Ehpad.

Les aides ne suffisent pas

Un paradoxe qui a son importance alors que le rapport sur la dépendance vient d’être publié. La population des plus de 85 ans devrait avoir triplé d’ici 2050 et ce projet de loi veut répondre aux problématiques du vieillissement des Français. Une étude du cabinet BearingPoint soulève les inégalités de tarifs sur le territoire mais aussi du reste à charge entre différents pays européens. S’il s’élève donc à 2000 euros en France, il n’est que de 180 euros en Suède et 200 euros au Danemark. La solution du maintien à domicile est très peu exploitée dans l’hexagone. Elle serait pourtant moins onéreuse.

A LIRE AUSSI >>> Personnes âgées : comment la dépendance va-t-elle être financée ?

Il existe déjà des aides départementales et nationales avec notamment l’« aide sociale à l’hébergement » mais ce n’est pas suffisant face aux factures salées des maisons de retraite. C’est pourquoi une réforme est en cours sur l’ASH. Elle pourrait intégrer le projet de loi sur la dépendance. Les députées Monique Iborra (LREM) et Caroline Fiat (LFI) proposent de supprimer la récupération sur succession, sur l’obligation alimentaire, de l’enfance et de l’âge. Il est aussi question de prévoir un reste à vivre de 162 euros par résident et de quoi financer une complémentaire santé. Enfin, elles ont imaginé un « bouclier dépendance » de solidarité nationale. Concrètement, au bout de plusieurs années, le reste à charge d’une personne dépendante ne serait plus prélevé sur les familles mais sur ce budget particulier.

Sur le même thème

Coût maison de retraite santé

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique