Le Haut-Commissaire à la réforme des retraites réagit à la « polyphonie gouvernementale » autour de l’âge de départ à la retraite

Jean-Paul Delevoye a redit dimanche que sa feuille de route ne prévoyait pas de toucher à l’âge légal de départ, fixé à 62 ans.

Parmi les propositions à l'étude" pour harmoniser les systèmes de réversion, garantir le niveau de vie du couple en cas de disparition d'un des deux conjoints. Crédit: iStock.

Le Haut-Commissaire à la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye, a redit dimanche que sa « feuille de route » ne prévoyait pas de toucher à l’âge légal de départ, fixé à 62 ans, « malgré la polyphonie gouvernementale« .

Pour lui, c’est « très clair » : « les engagements pris devant les partenaires sociaux en octobre dernier maintiennent la possibilité de partir à la retraite à partir de 62 ans dans le nouveau système universel », a assuré M. Delevoye dans un entretien au quotidien Midi Libre. 

A LIRE >>> Age de départ à la retraite: le mandat de Delevoye « n’a pas changé », assure Matignon

« Cela n’a pas changé, malgré la polyphonie gouvernementale », a-t-il ajouté, rappelant qu’il s’agissait de « la feuille de route » confiée par le gouvernement.

Le Premier ministre Edouard Philippe et plusieurs ministres ont suscité la confusion ces derniers jours en assurant tout à la fois que la réforme Delevoye ne toucherait pas à l’âge légal de 62 ans – promesse de campagne d’Emmanuel Macron – tout en évoquant un possible allongement de la durée du travail pour financer la dépendance et le grand âge.

L’harmonisation des 13 systèmes de réversion en question

Le Haut-commissaire consulte depuis plus d’un an syndicats et patronat sur le futur régime universel censé remplacer les 42 existants. Ils ont notamment abordé cette semaine la question des dispositifs de solidarité tels que les pensions de réversion versées aux veuves et veufs.

A LIRE >>> Pension de réversion : les pacsés n’y auront toujours pas le droit

« Parmi les propositions à l’étude » pour harmoniser les « treize systèmes de réversion » en vigueur, « nous souhaitons garantir le niveau de vie du couple en cas de disparition d’un des deux conjoints », a souligné M. Delevoye. « Cela pourrait se traduire par la garantie d’un pourcentage des revenus du couple, par exemple de 66 % », a-t-il détaillé. 

Concernant les droits familiaux, « nous pourrions, par exemple, ne plus accorder 10 % au père et à la mère au troisième enfant, car ceci accentue l’écart entre les hommes et les femmes au profit des hommes, mais donner dès le premier enfant un pourcentage ou un forfait ».

Alors que le système actuel pénalise les carrières courtes et hachées, le Haut-commissaire entend « corriger cette injustice » grâce au système à points. « Chaque fois que vous aurez un revenu, vous acquérez des points (…) À partir de 62 ans, c’est vous qui déterminerez le moment de partir en fonction du niveau de pension que vous estimez suffisant », a-t-il rappelé. Les discussions doivent se terminer début mai, Jean-Paul Delevoye se tenant prêt à remettre ses propositions en juin.

Sur le même thème

Age de départ à la retraite Réforme des retraites

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique