Emmanuel Macron annonce la création d’une « retraite minimale » à 1000 euros

Lors de sa conférence de presse post-grand débat de ce jeudi 25 avril, Emmanuel Macron s’est engagé à fixer un montant minimum de pension pour les retraités fixé à 1000 euros.

Emmanuel Macron s’est engagé à fixer un montant minimum de pension pour les retraités fixé à 1000 euros. Crédit : Istock.

Une « retraite minimale » à 1000 euros pour une carrière complète, c’est ce que souhaite mettre en place Emmanuel Macron. Lors de sa conférence de presse ce jeudi 25 avril au soir, le chef de l’État a annoncé qu’il souhaitait « que le minimum contributif, la retraite minimale qu’on touche quand on a travaillé durant sa vie, ça soit 1000 euros ».

Un geste pour les petites retraites

Un montant minimal selon lui « significativement supérieur » au minimum vieillesse qu’il a promis de relever à 900 euros l’an prochain. En effet, l’Allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa, ancien minimum vieillesse) s’élève aujourd’hui à 868,20 euros et devrait atteindre 903 euros en 2020. Un geste pour les petites retraites bienvenu alors que le mécontentement des retraités était fort.

« Nous sommes face à des situations inacceptables »

« Nous sommes face à des situations inacceptables avec des centaines de milliers de nos concitoyens, des artisans, des commerçants qui ont travaillé toute leur vie et qui vivent en-dessous du minimum vieillesse », a regretté le chef de l’État. Pour rappel, face à la colère des retraités, le gouvernement a supprimé, pour certains d’entre eux, la hausse de la CSG. En effet, Emmanuel Macron avait annoncé en décembre dernier que pour les retraités dont la pension est comprise entre 1200 et 2000 euros par mois, le taux de CSG redescende de 8,3% à 6,6%.

À LIRE >>> Réforme des retraites : Delevoye confirme que l’âge légal ne changera pas

Le rétablissement du taux antérieur et le remboursement du trop perçu seront visibles sur les pensions versées fin avril par l’Agirc-Arcco et le 9 mai par l’Assurance retraite. S’agissant de cette pension de retraite minimale, Agnès Buzyn, ministre de la Santé a annoncé que le gouvernement « allait travailler à cela avant l’été » et dit espérer une application « dès 2020 ».

Concernant l’âge de départ à la retraite, le président a assuré qu’il ne reculera pas l’âge légal fixé à 62 ans. Un choix qu’il justifie d’abord par le fait qu’il s’agissait de l’un de ses engagements, mais également parce qu’il juge que cela serait une mesure « hypocrite » tant que le chômage n’aura pas baissé.

Sur le même thème

Pension de retraite retraite

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique