Emmanuel Macron annonce la création d’une « retraite minimale » à 1000 euros

Une « retraite minimale » à 1000 euros pour une carrière complète, c’est ce que souhaite mettre en place Emmanuel Macron. Lors de sa conférence de presse ce jeudi 25 avril au soir, le chef de l’État a annoncé qu’il souhaitait « que le minimum contributif, la retraite minimale qu’on touche quand on a travaillé durant sa vie, ça soit 1000 euros ».

Un geste pour les petites retraites

Un montant minimal selon lui « significativement supérieur » au minimum vieillesse qu’il a promis de relever à 900 euros l’an prochain. En effet, l’Allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa, ancien minimum vieillesse) s’élève aujourd’hui à 868,20 euros et devrait atteindre 903 euros en 2020. Un geste pour les petites retraites bienvenu alors que le mécontentement des retraités était fort.

« Nous sommes face à des situations inacceptables »

« Nous sommes face à des situations inacceptables avec des centaines de milliers de nos concitoyens, des artisans, des commerçants qui ont travaillé toute leur vie et qui vivent en-dessous du minimum vieillesse », a regretté le chef de l’État. Pour rappel, face à la colère des retraités, le gouvernement a supprimé, pour certains d’entre eux, la hausse de la CSG. En effet, Emmanuel Macron avait annoncé en décembre dernier que pour les retraités dont la pension est comprise entre 1200 et 2000 euros par mois, le taux de CSG redescende de 8,3% à 6,6%.

À LIRE >>> Réforme des retraites : Delevoye confirme que l’âge légal ne changera pas

Le rétablissement du taux antérieur et le remboursement du trop perçu seront visibles sur les pensions versées fin avril par l’Agirc-Arcco et le 9 mai par l’Assurance retraite. S’agissant de cette pension de retraite minimale, Agnès Buzyn, ministre de la Santé a annoncé que le gouvernement « allait travailler à cela avant l’été » et dit espérer une application « dès 2020 ».

Concernant l’âge de départ à la retraite, le président a assuré qu’il ne reculera pas l’âge légal fixé à 62 ans. Un choix qu’il justifie d’abord par le fait qu’il s’agissait de l’un de ses engagements, mais également parce qu’il juge que cela serait une mesure « hypocrite » tant que le chômage n’aura pas baissé.

Rédaction Mieux Vivre

Partager
Publié par
Rédaction Mieux Vivre

Articles récents

Auto-écoles: bientôt possible de financer le permis de ses enfants avec ses droits à la formation?

Les professionnels des auto-écoles souhaitent rendre possible la portabilité des droits de formation des parents aux enfants pour financer le…

22/11/2019 15:52

Les restaurateurs ne risqueront plus de redressement fiscal en mangeant dans leur établissement

Gérald Darmanin a annoncé que le montant forfaitaire des repas pris par toute l'équipe du restaurant, y compris les dirigeants,…

22/11/2019 15:26

La Bourse de Paris reprend confiance, aidée par le commerce

La Bourse de Paris retrouve de l’allant ce vendredi, repassant au-dessus des 5.900 points.

22/11/2019 14:22

Déchets : la tarification incitative de la redevance fait du chemin en France

La tarification incitative appliquée par plusieurs collectivités en France introduit une part variable dans le montant de la redevance des…

22/11/2019 13:29

Macron reconnaît traîner la baisse de 5 euros des APL « comme un boulet »

"Je sais, les cinq euros d'APL, je le traîne comme un boulet", a-t-il lancé à Amiens lors d'un échange avec…

22/11/2019 13:29

La Française des Jeux s’est envolée pour son premier jour en Bourse

Le titre FDJ a clôturé à 22,70 euros, faisant un bond de quelque 14% par rapport au prix fixé pour…

22/11/2019 12:35