Pour Darmanin, la réforme des retraites est une « question de dépense publique »

Le ministre des Comptes publics a provoqué la surprise du président de la commission parlementaire à propos de la réforme des retraites.

Pendant la campagne présidentielle, le candidat Macron affirmait dans son programme que "le problème des retraites n'est plus un problème financier". Crédit : Istock

Le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin, a affirmé mercredi que la réforme des retraites, dont le projet de loi doit être présenté à la rentrée, est une question de « dépense publique », lors d’une audition parlementaire.

« Nous avons en 2019 et 2020 des réformes qui continuent à baisser les dépenses publiques », a affirmé le ministre devant la Commission des finances du Sénat, citant trois exemples: l’assurance chômage, la réforme de l’audiovisuel public et celle des retraites.

A LIRE >>> Réforme des retraites: le calendrier se précise

« Je vous rappelle les décrets d’allocation-chômage. C’est un point très important de la baisse des dépenses publiques », a-t-il expliqué aux sénateurs. « La réforme de l’audiovisuel public, présentée bientôt par le ministre de la culture (Franck Riester), c’est une réforme aussi de baisse des dépenses publiques ».

Il a ensuite cité « la réforme des retraites. Je vous rappelle que 14 points de PIB consacrés à la retraite, c’est une question de dépense publique », a affirmé le ministre, provoquant la surprise du président de la commission, le socialiste Vincent Eblé (Seine-et-Marne).

Vers un allongement de la durée de cotisation ?

« J’ai été ravi d’apprendre, parce que je l’ai appris, que la réforme des retraites avait pour but de faire des économies », a réagi le sénateur. « J’avais cru comprendre juste le contraire, que c’était une réforme de justice, mais qui en aucun cas avait pour but de conduire à des économies », a-t-il ajouté.

« Je pense à nos enfants et à nos petits-enfants », a répondu le ministre, renvoyant le sénateur aux annonces du président Emmanuel Macron lors de sa conférence de presse à fin avril.

« Il a évoqué de bouger non pas l’âge légal (de départ à la retraite), mais la durée des cotisations. Et si vous bougez les années de cotisation, vous avez un certain nombre d’économies », a-t-il ajouté.

Lors de sa conférence de presse, M. Macron avait promis de maintenir à 62 ans, mais il avait évoqué un allongement de la durée de cotisation.

Pendant la campagne présidentielle, le candidat Macron affirmait dans son programme que « le problème des retraites n’est plus un problème financier ».

Sur le même thème

Réforme des retraites

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique