Evolution de l’âge de départ à la retraite : les Français vont travailler plus longtemps, mais toujours moins que dans les autres pays riches

L’âge théorique de la retraite « à taux plein », pour un carrière complète commencée à 20 ans, va passer de 62 à 64 ans en France d’ici 40 ans, ce qui restera inférieur d’environ 2 ans à la moyenne de l’OCDE, selon une étude publiée mardi par cette organisation.

La tendance est univoque: dans la moitié des 36 pays membres de l’Organisation de coopération et de développement économique, l’âge de la retraite sans décote va augmenter. Pour les autres, il restera stable.

A LIRE >>> C’est maintenant l’OCDE qui donne son avis sur l’âge de départ à la retraite

La moyenne, qui était de 62,9 ans pour la génération née en 1940, est passée à 64,2 pour la génération 1956, qui est en train de sortir du marché du travail, et devrait atteindre 65,8 pour la génération 1996, qui vient d’y entrer.

La durée de la retraite continuera de s’allonger

En France, sans préjuger de la réforme promise par Emmanuel Macron et de ses effets, la hausse est plus rapide (de 60 à 62 puis 64 ans) et l’écart à la moyenne se réduit (de 2,9 à 2,2, puis 1,8 ans), mais l’Hexagone demeure tout de même parmi les 5 pays où les carrières sont les plus courtes.

Cet accroissement de la durée de travail ne se fera toutefois pas au détriment de la durée de la retraite, qui continuera de s’allonger dans la plupart des pays riches, à l’instar de l’espérance de vie.

Passé 20 ans, les aînés nés en 1940 pouvaient espérer vivre 31,5%, de leur temps restant à la retraite, contre 32,3% pour leurs cadets de 1956 et 34,1% pour ceux de 1996.

La France réduit là aussi son écart à la moyenne, du fait d’une évolution contrastée (de 37,1% à 36,6% puis 37,5%), tout en s’accrochant au peloton des 5 pays où les retraites sont les plus longues. In fine, l’allongement des carrières ne suffira pas à compenser celui des retraites, entraînant une baisse du « taux de remplacement ».

Le niveau de la première pension comparée au dernier salaire était en effet de 57,4% pour la génération 1940, contre 56,7% pour la génération 1956 et 51,5% prévus pour la génération 1996.

La France, cette fois-ci en milieu de classement, limitera cette érosion (de 64% à 61,9% puis 58,7%) et évitera la chute promise à ses voisins espagnols, italiens et suisses.

Rédaction Mieux Vivre avec AFP

Partager
Publié par
Rédaction Mieux Vivre avec AFP

Articles récents

Vacances : gare aux arnaques « à l’irlandaise » sur les aires de repos

Les gendarmes alertent sur cette escroquerie qui se multiplie pendant les vacances d’été et qui fait perdre à ses victimes…

10/07/2020 16:56

Malgré la crise, le crowdfunding immobilier se porte très bien

La crise sanitaire et économique n’a pas eu raison de la bonne santé du crowdfunding immobilier. 184 millions d’euros ont…

10/07/2020 16:24

Assurance vie en euros: quel délai pour compenser l’impact des frais d’entrée ?

Un épargnant payant 1% de frais à l’entrée, plaçant son argent sur un fonds en euros servant 1% brut ne…

10/07/2020 15:57

Face à la crise, le modèle des SCPI affiche sa résilience

La crise engendrée par le Covid-19 pourrait-elle faire vaciller un secteur des SCPI (Sociétés civiles de placement immobilier) dont la…

10/07/2020 15:55

Bourse : les compagnies pétrolières européennes seront les grandes «utilities» de demain

Le pétrole connaît une nouvelle phase de sa longue et mouvementée histoire. Les interrogations portent désormais sur la demande et…

10/07/2020 15:45

Achats alimentaires, commerces de taille moyenne : comment le confinement a bouleversé la consommation 

Si les ventes alimentaires ont largement augmenté pendant le confinement, ce n’est pas le cas des autres produits de consommation.…

10/07/2020 15:26