Réforme des retraites: Macron préfère un accord sur la durée de cotisation plutôt que sur l’âge de départ

Emmanuel Macron a indiqué lundi soir sa préférence, dans le projet de refonte du système des retraites, pour un calcul des droits à la retraite lié à la durée de cotisation plutôt qu’à l’âge de départ.

Pour « que ce soit juste en termes de cotisations (…), je préfère qu’on trouve un accord sur la durée de cotisation plutôt que sur l’âge », a plaidé le président sur France 2, « car si vous avez un accord sur la durée, si vous commencez plus tard, vous finissez plus tard, et quand vous commencez plus tôt vous partez plus tôt ».

A LIRE >>> Réforme des retraites: ce que l’on sait sur la nouvelle concertation citoyenne annoncée par le gouvernement

« Je veux que cette réforme incarne un changement de méthode », a-t-il poursuivi. « On va la construire tous ensemble cette réforme », a-t-il assuré, évoquant, « plus qu’une concertation », « une grande négociation », « un grand débat ». « Rien n’est décidé » à ce stade, a-t-il affirmé. 

« Il y a certaines professions qui – si on fait les choses mécaniquement – seraient lésées: infirmières, aides-soignants, enseignants », a souligné le chef de l’Etat, selon qui « il n’y aura pas de réforme des retraites tant qu’on n’aura pas bâti une vraie transformation de ces professions. »

Pas de taux plein à 64 ans pour les syndicats

L’âge de départ à la retraite concentre une grande partie des débats autour du futur « système universel » des retraites prévu pour 2025. Le haut-commissaire Jean-Paul Delevoye, qui a rendu ses préconisations mi-juillet, a recommandé un « taux plein » à l’âge « pivot » de 64 ans, assorti d’un système de décote/surcote.

Les syndicats ont rejeté l’hypothèse d’un âge de « taux plein » à 64 ans pour tous, y compris la CFDT de Laurent Berger qui y a vu un « point rouge ».

En reparlant de la durée de cotisation, Emmanuel Macron renvoie « à l’option d’un âge d’équilibre individuel » et non plus unique, a commenté lundi soir sur Twitter le secrétaire général de Force ouvrière, Yves Veyrier.

Mais ce « qui pourrait apparaître comme une position moins arbitraire va conduire beaucoup de personnes à travailler au-delà de 64 ans », a-t-il estimé auprès de l’AFP, soulignant que « personne n’est dupe » et réaffirmant son opposition à « un système universel par points, qui rendra plus difficile d’atteindre le même niveau de pension ».

Une phase de dialogue autour du rapport Delevoye doit désormais s’ouvrir. Les partenaires sociaux seront reçus à Matignon les 5 et 6 septembre. Plusieurs syndicats ont annoncé une mobilisation de leurs troupes, notamment FO le 21 septembre et la CGT le 24. 

Rédaction Mieux Vivre avec AFP

Partager
Publié par
Rédaction Mieux Vivre avec AFP

Articles récents

SCPI en démembrement : valoriser ses placements sans la fiscalité ?

La pandémie en cours n’a pas freiné les ardeurs des Français vis-à-vis de la pierre-papier. En témoignent notamment les chiffres…

03/07/2020 18:48

Face à la crise, le modèle des SCPI affiche sa résilience

La crise engendrée par le Covid-19 pourrait-elle faire vaciller un secteur des SCPI (Sociétés civiles de placement immobilier) dont la…

03/07/2020 18:35

Le CAC 40 clôt en léger repli une semaine positive

La Bourse de Paris a repris son souffle après son bond de la veille. Le CAC 40 a cédé 0,84%…

03/07/2020 18:30

Solocal (ex-Pages Jaunes) recapitalisé massivement par ses principaux créanciers

L’éditeur des Pages jaunes a trouvé un accord de refinancement avec ses principaux créanciers qui s’appuie sur une augmentation de…

03/07/2020 16:21

SCPI : que doit-on attendre d’un gérant ?

Sur quels critères juge-t-on un gérant ? Comment choisir une SCPI ? Détails

03/07/2020 15:51

Plus de 750 millions d’euros ont été désinvestis du charbon par les assureurs en 2019

La place financière de Paris dresse un premier bilan de la finance verte et durable, un an après avoir pris…

03/07/2020 15:44