Les seniors toujours discriminés sur le marché du travail

Selon une étude de l’association Solidarités nouvelles face au chômage (SNC) les plus de 50 ans sont les « grands oubliés » des politiques de l’emploi.

34% des personnes en activité déclarent avoir été confrontées à des discriminations liées à l’âge. Crédit : ©Istock

Les plus de cinquante ans sont les plus exposés au chômage de longue durée et ont plus de difficultés à retrouver un emploi. Selon une étude de l’association Solidarités nouvelles face au chômage (SNC), publiée ce jeudi, les difficultés sont nombreuses pour celles et ceux qui sont qualifiés de « seniors » sur le marché du travail. L’ONG accompagne des chercheurs d’emploi dans toute la France et s’est penchée sur la situation des plus de 50 ans sur le marché du travail.

Ainsi, ces travailleurs sont plus exposés que les autres au chômage de longue durée. Selon l’étude, 58% des plus de 50 ans sont concernés par ce statut contre 42% des 25 à 49 ans. Sur les trois dernières années, les inscriptions de seniors à Pôle emploi ont également été « deux fois plus importantes » que celles de jeunes et ils restent en « moyenne 673 jours inscrits contre 211 pour les moins de 25 ans et 404 pour les 25-49 ans », explique l’association.

Victimes des stéréotypes

Une situation qui s’explique par les stéréotypes encore très présents autour de l’emploi des seniors. L’âge serait synonyme de « difficultés à être managé ou à intégrer une équipe plus jeune », de « résistance au changement » ou d’une « faible capacité à s’adapter aux nouvelles technologies », selon l’étude. Ainsi, 34% des personnes en activité déclarent avoir été confrontées à des discriminations liées à l’âge.

A LIRE >>> Taux bas : les seniors peinent à emprunter pour un achat immobilier

Les plus touchés par ces discriminations sont les 60-64 ans dont le taux d’activité ne dépasse pas les 33% en France, soit une quinzaine de points en dessous de la moyenne européenne. Des seniors mis rapidement en pré-retraite par certaines entreprises qui ont de plus en plus recours aux ruptures conventionnelles. Ces procédés représentent 25% des fins de contrat à durée indéterminée pour les salariés entre deux et trois ans avant l’âge légal de départ de la retraite alors qu’ils ne touchent que 16% des fins de CDI pour l’ensemble des salariés.

Une aide spécifique pour les seniors ?

Si le taux de chômage des seniors reste inférieur à celui de l’ensemble de la population active, avec 6,1% contre 8,5%, ces derniers apparaissent comme les « grands oubliés » des politiques de l’emploi mises en place ces dernières années. Face à cette situation, Solidarités nouvelles face au chômage demande une véritable politique publique en faveur de l’emploi des seniors.

LIRE AUSSI >>> Un tiers des retraités pourraient toucher une pension plus importante

Parmi les mesures évoquées : une aide au retour à l’emploi spécifique aux plus de 50 ans, la simplification du mécanisme de retraite progressive ou encore la sensibilisation des managers et des recruteurs aux pratiques de recrutement non discriminatoires. Des questions que le gouvernement doit aborder en parallèle de la réforme des retraites.

Sur le même thème

chômage Emploi retraite

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique