Un retraité sur deux part de façon anticipée, selon la Cour des comptes

Dans leur rapport sur la Sécurité sociale, les magistrats alertent sur le poids financier des mécanismes de retraite anticipée.

Les Sages alertent donc sur le « poids financier » de ces dispositifs, qui « pèse sur la soutenabilité du système de retraite ». Crédit: iStock.

Carrières longues, inaptitude, catégories actives… Dans son dernier rapport, la Cour des comptes passe en revue l’application des lois de financement de la Sécurité sociale. Surtout, les magistrats décortiquent les différents mécanismes de retraite anticipée. Pas moins d’un départ à la retraite sur deux se fait de cette façon. Cela constitue un poids sur les dépenses publiques de 14 milliards d’euros, selon les experts.

Le dispositif des carrières longues coûte le plus cher

Partir avant l’âge légal de 62 ans ou toucher une pension à taux plein, alors qu’on n’a pas cotisé tous les trimestres nécessaires, constituent un départ anticipé à la retraite. La Cour des comptes a analysé sept des dispositifs qui rendent ces départs possibles. Les mécanismes qui coûtent le plus cher au système de Sécurité sociale sont les carrières longues (6,1 milliards d’euros de dépenses ), les catégories actives de la fonction publique (3,3 milliards d’euros) et l’inaptitude (1,7 milliard d’euros).

Le dispositif des carrières longues, instauré en 2003 permet à des personnes ayant commencé à travailler tôt, avant 16 ou 20 ans, et ayant cotisé assez, de toucher une pension à taux plein avant 62 ans. Plus de 250 000 personnes sont parties à la retraite avec ce dispositif en 2017. Selon la Cour des comptes, c’est un départ sur deux aujourd’hui, contre un départ sur trois en 2012. Le rapport met également en avant un taux d’activité plus faible des 55-64 ans en France par rapport à la moyenne de l’Union européenne, 55% contre 61%.

A LIRE >> Réforme des retraites: la plateforme de consultation citoyenne est ouverte

Un message au gouvernement pour la réforme des retraites

« Les dispositifs de départ anticipé à la retraite, notamment les carrières longues, réduisent les effets de l’augmentation de l’âge légal d’ouverture des droits à la retraite et de la durée d’assurance requise pour le taux plein sur l’âge effectif de départ. En faisant débuter plus tôt les retraites, ils conduisent à augmenter les dépenses de prestations de retraite », note le rapport.

Les Sages alertent donc sur le « poids financier » de ces dispositifs, qui « pèse sur la soutenabilité du système de retraite ». Et ils préconisent ainsi de resserrer les conditions d’accès à la retraite anticipée pour maîtriser les dépenses de la Sécurité sociale. Sans oublier d’envoyer un message au gouvernement sur la réforme des retraites, qui devra, selon eux, « privilégier des modalités de transition progressive vers la retraite aux départs anticipés mettant un terme définitif à l’activité ».

Sur le même thème

Age de départ à la retraite Réforme des retraites retraite

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique