Pour équilibrer le système de retraite, quels projet proposent les partis d’opposition LFI, LR, PS, RN et Verts

Voici les principales propositions des partis d’opposition LFI, LR, PS, RN et Verts sur les retraites, avant la journée de grève jeudi contre la réforme du gouvernement.

A LIRE >>> Retraites: qu’y a-t-il dans ces régimes spéciaux au centre du bras de fer ?

La France insoumise (LFI)

Pour un départ à 60 ans en cas de carrière complète mais aucune pension inférieure au Smic (1.326 euros). LFI avance les propositions suivantes.

– un minimum vieillesse à 1.041 euros, c’est-à-dire au-dessus du seuil de pauvreté.

– une augmentation, par décret en ce qui concerne le Smic, des salaires pour augmenter le montant de cotisations. Une hausse de 1% « c’est 2,5 milliards d’euros de cotisations en plus », selon le numéro 2 de LFI, Adrien Quatennens.

– la suppression de l’inégalité des salaires entre femmes et hommes.

– « une contribution des revenus du capital »

– « la réhabilitation de la cotisation »

Les Républicains (LR)

Les Républicains sont gênés sur cette réforme, qui s’inscrit dans la continuité de chantiers lancés par la droite, que ce soit l’alignement du public sur le privé (tenté par Alain Juppé en 1995, engagé ensuite en 2003 par Jean-Pierre Raffarin) ou les régimes spéciaux (qu’avait commencé Nicolas Sarkozy en 2007).

Le député Eric Woerth a d’ailleurs appelé le gouvernement à « terminer le travail » sur les régimes spéciaux.

S’en prenant à la méthode, le président des Républicains Christian Jacob a fustigé de « fausses promesses ». Le comité stratégique du parti a déploré « un projet flou sans ligne directrice qui génère inquiétude et anxiété ».

A LIRE >>> Les femmes seront-elles les gagnantes du futur système de retraite?

Sur le fond, LR veut préserver le pouvoir d’achat des retraités en refusant « toute hausse des cotisations ou toute baisse des pensions ». « L’âge de départ devra être progressivement aligné sur la hausse constatée de l’espérance de vie, tout en tenant compte de la pénibilité de certaines carrières ».

Le patron des sénateurs LR Bruno Retailleau estime qu’il faut « garantir la valeur du point pour garantir le pouvoir d’achat », et ce par « une augmentation de l’âge de la retraite, à 64 puis 65 ans ».

Le Parti socialiste (PS)

Le PS n’a pas de contre-projet mais définira ses mesures au moment de l’arbitrage rendu par le gouvernement. Trois grands principes directeurs sont avancés.

– la prise en compte de la pénibilité 

– l’égalité hommes-femmes dans les salaires et les carrières

– une retraite minimum garantie, soit en pourcentage soit en valeur

Les fonds de réserve public ou privé, le fait que le trou de la Sécu soit comblé dégageront d’autres ressources. Autre piste de financement: taxer les transactions financières et mettre à contribution les hauts revenus.

Le Rassemblement national (RN)

Propose un départ à 60 ans si le salarié a bien 40 années de cotisations. Pour financer le système, voici ce qu’il envisage.

– faire des économies en réduisant la contribution versée par la France à l’Union européenne et les dépenses liées à l’immigration 

– créer des emplois: « Un million d’emplois créés, c’est 25 milliards de recettes supplémentaires » 

– favoriser la natalité

Une fois les économies faites, « si on s’aperçoit que le système ne peut pas fonctionner », Marine Le Pen n’exclut pas de demander aux salariés, par référendum, de travailler « un ou deux ans de plus ».

Les Verts (EELV)

Europe Ecologie Les Verts veut remettre en cause la stabilisation des financements des retraites à 14% du PIB pour faire face à l’augmentation du nombre de retraités.

– Le principe de pénibilité doit être pleinement préservé.

– Départ à 62 ans mais en prenant en compte les années d’étude.

A LIRE >>> Les enseignants, potentiels perdants de la réforme des retraites

Pour générer de nouvelles recettes, EELV propose de:

– réduire le temps de travail afin de créer des emplois et réduire le chômage. Soit par les 32 heures par semaine, soit en agissant sur la durée de vie professionnelle.

– augmenter les cotisations sociales, mais aussi les rémunérations

– l’égalité hommes/femmes, ce qui implique des cotisations plus élevées.

– des cotisations sociales appliquées aux stock-options et à l’intéressement.

Rédaction Mieux Vivre avec AFP

Partager
Publié par
Rédaction Mieux Vivre avec AFP

Articles récents

La Bourse de Paris plombée par les craintes d’une résurgence du Covid-19

Le CAC 40 a enregistré aujourd’hui sa pire séance des trois derniers mois. Il a chuté de 3,74% pour retomber…

21/09/2020 18:49

Bourse : les actionnaires néerlandais d’Unilever votent pour la fin de la structure duale

Les actionnaires aux Pays-Bas du géant de l’agroalimentaire et des cosmétiques Unilever ont approuvé la fusion des entités néerlandaise et…

21/09/2020 17:39

Julien Ribes, fondateur de MySCPI.com : « L’année 2020 devrait être catastrophique pour de nombreux placements »

Dans quelle mesure les SCPI ont-elles absorbé le choc des reports ou suspensions de loyers ? Julien Ribes : Actuellement,…

21/09/2020 17:26

Les grandes banques mondiales malmenées en Bourse après une enquête sur le blanchiment

Selon les révélations d’un consortium de journalistes, les grandes banques mondiales auraient permis durant des années le blanchiment d’argent sale…

21/09/2020 17:03

Retraites : un bug prive des milliers de Français de l’étranger de leur pension

En raison d’un problème informatique à la Caisse nationale d’assurance vieillesse (Cnav), plusieurs milliers de Français de l’étranger n’auraient pas…

21/09/2020 16:50

Budget 2021 : le gouvernement envisage la suppression de 150 millions d’euros de petites taxes

Certaines taxes rapportent à peine plus d’argent à l’Etat qu’il n’en faut pour les recouvrir. Et parfois rien. Alors, le…

21/09/2020 15:45