Réforme des retraites: des « ouvertures » et un « point dur »

Pour Edouard Philippe, les dernières concertations à Matignon cette semaine a « permis des avancées concrètes » sur la réforme des retraites. Mais de quoi parle-t-il au juste ?

Déjà acté pour les cadres au forfait-jours, "l'élargissement du dispositif" aux fonctionnaires, "en particulier aux enseignant et aux personnels hospitaliers". Crédit: iStock.

Pénibilité, « âge d’équilibre« , pension minimum: pour Edouard Philippe, le dernier round de concertation à Matignon cette semaine a « permis des avancées concrètes » sur la réforme des retraites, mais les syndicats favorables au projet n’y trouvent toujours pas leur compte. Passage en revue.

A LIRE >>> Réforme des retraites : la société américaine de gestion d’actifs BlackRock s’agite-t-elle en coulisses?

Age d’équilibre

Le Premier ministre a « écouté et entendu les critiques » et « proposera mi-janvier une méthode » pour « atteindre un accord » venant « se substituer » ou « améliorer » sa proposition d’une nouvelle borne d’âge à 64 ans assortie d’un bonus-malus, en plus de l’âge légal maintenu à 62 ans. « Radicalement opposé à une baisse des pensions », le chef du gouvernement est moins catégorique sur une hausse des cotisations bien qu’il ne la « souhaite pas », quand le Medef en fait « une ligne rouge ».

« Il y a des marges de manoeuvre, elles ne sont pas immenses mais elles existent », estime M. Philippe, prêt à « individualiser davantage les trajectoires de départ à la retraite » pour « éviter le caractère aveugle de l’âge d’équilibre ». Mais le sujet reste « un point dur » pour la CFDT qui dénonce comme l’Unsa une « mesure punitive » dans le but de redresser les comptes « à court terme ».

Pénibilité

Le travail de nuit sera davantage pris en compte, en abaissant les seuils actuels: la pénibilité sera reconnue à partir de 110 nuit travaillées par an, au lieu de 120 aujourd’hui ; idem pour les salariés en « trois-huit » dès 30 nuits par an au lieu de 50.

A LIRE >>> Réforme des retraites: qui est gagnant, qui est perdant? Les 7 cas types du gouvernement

En ajoutant l’extension du compte pénibilité aux fonctionnaires, « près de 300.000 personnes » supplémentaires pourront en bénéficier, en plus des 860.000 qui y ont déjà droit. Pour « ne pas créer des trappes à pénibilité », la piste d’un « véritable droit à la reconversion » sera intégrée aux travaux en cours sur l’emploi des seniors.

La CFTC a salué « de véritables avancées, en particulier sur le travail de nuit », mais a regretté comme la CFDT et l’Unsa le refus de « revenir sur les quatre critères enlevés en 2017 », à savoir le port de charges lourdes, les postures pénibles, les vibrations mécaniques et les agents chimiques dangereux.

Retraite progressive

Déjà acté pour les cadres au forfait-jours, « l’élargissement du dispositif » aux fonctionnaires, « en particulier aux enseignant et aux personnels hospitaliers », fera l’objet d’une concertation « dès le mois de janvier (…) pour aboutir rapidement ».

Une autre « concertation spécifique » sera lancée sur la « question de l’aménagement des fins de carrière à l’hôpital ». Syndicats et patronat ont peu commenté ce volet, sur lequel « il y a plutôt un consensus » selon le Medef.

Pension minimum

« Deux pistes d’amélioration complémentaires » seront discutées « dès le mois de janvier » afin de « rendre ce mécanisme à la fois plus progressif et plus protecteur ».

D’une part la possibilité d’aller « au-delà des 85% du Smic » déjà promis « pour ceux qui ont continûment travaillé à ce niveau toute leur vie », d’autre part celle d' »offrir cette protection aux travailleurs précaires dont le temps partiel est bien souvent subi ».

A LIRE >>>Une pension de retraite minimale de 1000 euros nets par mois: pour qui et pour quand?

Là aussi, peu de réactions des partenaires sociaux, si ce n’est pour rappeler que les artisans, commerçants et libéraux de l’U2P sont « sensibles » à ce sujet.

Cas par cas

Evoquant les négociations en cours dans les régimes spéciaux, le Premier ministre a affirmé qu’en cas d’accord à la SNCF, « le gouvernement en sera le garant ». Constatant « des avancées notables », l’Unsa-ferroviaire a décidé une « pause » de la grève « pour les vacances scolaires ».

M. Philippe a aussi promis que la réforme « reconnaîtra les spécificités » des marins qui auront « les assurances qu’ils demandent » sur leur droit à un départ anticipé avant 62 ans.

A LIRE >>>Les enseignants, potentiels perdants de la réforme des retraites

Pour les fonctionnaires, un chantier sera ouvert « dès la rentrée » sur « la garantie des 6 derniers mois », pour le calcul des droits acquis au moment de l’entrée en vigueur de la réforme en 2025, comme le réclame l’Unsa.

Côté patronal, « tout un travail reste à faire pour les professions libérales, métier par métier », a rappelé l’U2P, qui souhaite une « période de transition assez longue ».

Sur le même thème

Age de départ à la retraite Partir à la retraite Pension de retraite Réforme des retraites

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique