Retraites: Philippe « pense » que la conférence de financement proposera « une mesure d’âge »

Le Premier ministre déclare qu’il ne voit pas comment arriver à l’équilibre financier du système des retraites en 2027 sans instaurer pareille mesure.

Concernant les marges de manœuvre de la conférence de financement, Edouard Philippe a tracé deux limites. Crédit: iStock.

Edouard Philippe « pense » que la conférence de financement réunissant les partenaires sociaux proposera à la fin de ses travaux « une mesure d’âge » afin d’équilibrer le système des retraites, a-t-il déclaré mardi. L' »ensemble de mesures » que pourrait soumettre cette conférence d’ici avril « contiendra-t-il une mesure d’âge ? Je le pense », a déclaré le Premier ministre, qui a retiré samedi sa propre proposition d’instaurer un âge pivot à 64 ans. 

« Car je ne vois pas comment sinon on pourrait arriver à l’équilibre financier en 2027 », a-t-il poursuivi lors de la séance de questions au gouvernement, après avoir été interpellé par plusieurs députés – Annie Genevard de LR, Philippe Vigier de Liberté et territoires, le communiste Sébastien Jumel ou encore le président de l’UDI Jean-Christophe Lagarde.

A LIRE >>> Retraites: ce précédent de l’assurance chômage qui a échaudé les syndicats

La mise en place d’un âge pivot à 64 ans avait cristallisé l’opposition des syndicats réformistes (CFDT, UNSA…) par ailleurs favorables à la création d’un nouveau système de retraite universel par points. Le recul du gouvernement sur ce point avait permis, samedi, de ramener ces organisations à la table des discussions en les chargeant, dans le cadre d’une « conférence de financement », de formuler leurs propres solutions.

« Si – et je ne crois pas que cela arrivera – mais si, par extraordinaire, elle ne proposait pas un retour à l’équilibre, alors je prendrais mes responsabilités et je ferais en sorte qu’en 2027 le système soit équilibré », a répété le Premier ministre.

« Nous sommes attachés à l’équilibre financier, parce que ça n’est pas un gros mot, parce que c’est une sécurité, un élément de solidité pour nos concitoyens, pour nos enfants, pour nos petits-enfants, qui savent qu’il pourront disposer d’un système de retraite solide, lisible, responsable, plus juste, et totalement universel », a martelé Edouard Philippe.

Pas de baisse des pensions promet Philippe

Concernant les marges de manœuvre de la conférence de financement, Edouard Philippe a tracé de nouveau les deux limites imposées: « nous ne voulons pas que les pensions baissent (…) et parce que nous pensons que c’est important pour la compétitivité de l’économie française, parce que nous nous battons pour rendre la compétitivité de l’économie française, plus grande, nous voulons qu’il n’y ait pas de hausse du coût du travail ».

« Une fois qu’on a défini ces deux limites (…) il y aura plusieurs instruments », a précisé M. Philippe, en évoquant, à l’unisson de plusieurs organisations syndicales « un cocktail de mesures ».

Revenant sur l’équilibre financier du futur système de retraite, le Premier ministre a réitéré sa proposition de le garantir « sur des périodes de 5 ans, de façon à (…) ne pas être prisonnier, année après année de choc économique positif ou négatif ».

Sur le même thème

Age de départ à la retraite Partir à la retraite Pension de retraite Réforme des retraites

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique