Retraites: la revalorisation de certaines pensions n’interviendra pas en mai

Certains retraités devaient voir leur pension augmenter légèrement en mai, mais la mesure est retardée, en raison du confinement.

Environ 725 000 personnes sont concernées, selon l’Assurance-retraite, par le recalcul. Crédit: iStock.

Le gouvernement avait prévu cette année un mécanisme de « revalorisation différenciée » des pensions de retraite. Elles étaient normalement revues à la hausse le 1er janvier selon l’inflation, mais la revalorisation en 2020 devait être effectuée en deux étapes, au 1er janvier et au 1er avril, explique Le Monde.

Des taux de 0,3% et 1% ont donc été appliqués sur les pensions dues pour le mois de janvier et versées début février. En revanche, pour les pensions dues au titre d’avril, versées début mai, un recalcul était prévu, pour les 5% des retraites approchant les 2 000 euros. Cela concerne toutes les pensions de base et quels que soient les régimes, sauf celui des avocats, précise l’Assurance-retraite au quotidien national.

La revalorisation de certaines retraites est reportée de quelques mois

Le gouvernement a toutefois précisé que la révision de la revalorisation et l’application du lissage n’interviendront pas comme prévu, en raison du confinement. La date du report « dépendra de l’évolution de la situation sanitaire », précise le gouvernement, « mais ne sera que de quelques mois, entre juillet et septembre ». Le dispositif de lissage concernait les retraités touchant entre 2 000 et 2 014 euros de pension brut. Les taux de revalorisation actés étaient de 0,4%, 0,6% et 0,8%.

Environ 725 000 personnes sont concernées, selon l’Assurance-retraite, par le recalcul, soit 5% des 14,5 millions de retraités. Les pensions seront modifiées pour quelques dizaines de milliers d’entre elles.

A LIRE >> Retraite: de plus en plus d’entreprises se dotent d’un dispositif d’épargne-retraite

Des montants entre quelques euros et quelques dizaines d’euros

Quelle que soit la date de la révision, il y aura rétroactivité à partir de la date initiale d’entrée en vigueur de la mesure, soit le 1er janvier, « pour les cas favorables, subissant un changement de taux à la hausse », selon la direction de la Sécurité sociale. Personne ne sera perdant : pour les cas qui verront leur taux de revalorisation baisser, « les trop-perçus ne seront pas récupérés » mais le taux sera corrigé pour l’avenir. Les montants oscillent entre quelques euros et quelques dizaines d’euros. Les pensions complémentaires ne sont pas concernées par les révisions.

Sur le même thème

Pension de retraite Réforme des retraites retraite

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique