Retraites: Agirc-Arrco demande huit milliards d’euros pour payer les pensions de juin et juillet

Le régime de retraite Agirc-Arrco est dans une situation financière compliquée et demande un prêt de huit milliards d’euros au gouvernement.

Après le règlement des sommes dues pour mai, le régime « aura mobilisé quasiment la totalité de sa réserve de trésorerie ». Crédit: iStock.

Pour payer les pensions des mois de juin et juillet, l’Agirc-Arrco sollicite une avance auprès du gouvernement d’un montant de huit milliards d’euros, selon Le Monde. Le régime de retraite complémentaire des salariés du privé a adressé un courrier en ce sens, mercredi 6 mai, au ministre de l’Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin.

La démarche de l’Agirc-Arrco se justifie par les incidences des dispositions prises par le gouvernement en pleine crise liée au Covid-19. Le report des cotisations sociales et le déploiement massif du chômage partiel figurent parmi les mesures prises pour éviter la multiplication des défaillances d’entreprises. Le chômage partiel entraîne notamment l’exonération de prélèvements pour les retraites, ce qui a entraîné une baisse des recettes du régime, explique le quotidien national.

Sept milliards d’euros de pensions complémentaires versés chaque mois

Après le règlement des sommes dues pour mai, le régime « aura mobilisé quasiment la totalité de sa réserve de trésorerie », précisent les signataires du courrier, Jean-Barboul, son président, et Didier Weckner, son vice-président. Chaque mois, la caisse verse sept milliards d’euros de pensions. « Le besoin complémentaire global de financement est estimé à huit milliards d’euros », écrivent-ils.

Les réserves financières de l’Agirc-Arrco s’élevaient à 65 milliards d’euros en 2019, mais pour ses dirigeants, il n’est pas opportun de les utiliser en ce moment. En effet, ce « matelas » est constitué d’obligations et d’actions, et une partie d’entre elles a vu leur valeur dégringoler au cours des dernières semaines, en raison de l’épidémie de Covid-19. Mettre les réserves à contribution reviendrait à « brader les titres à vil prix » selon Pierre Roger, de la CFE-CGC.

À LIRE>> Coronavirus : les indépendants pourront accéder à leur réserve d’épargne-retraite

L’autre option est donc de solliciter un prêt auprès de l’Agence centrale des organismes de Sécurité sociale (Acoss), à hauteur de huit milliards d’euros, « pour le financement des échéances de début juin et de début juillet ». Ce mécanisme de garantie de financement a été mis en place par l’une des ordonnances du 25 mars.

Sur le même thème

Agirc-Arrco prêt retraite Retraite complémentaire

Réactions et commentaires

Sur la même thématique