Réforme des retraites : les points qui devraient revenir

Bruno Le Maire, ministre de l’économie, a pris la parole sur RTL, ce lundi 13 juillet, en indiquant que la réforme des retraites était « absolument indispensable », au moment où les partenaires sociaux refusent qu’elle soit remise sur la table dans l’immédiat. « Je pense qu’il est nécessaire d’aller au bout de cette réforme des retraites. On voit bien d’abord qu’il y a un déficit, on voit bien que nous vivons tous plus longtemps, on voit bien que collectivement il faut que nous travaillions davantage et que c’est une condition de redressement de la France » a déclaré Bruno Le Maire.

Le Premier ministre, Jean Caxtex, quant à lui, a essuyé un refus unanime de relancer la réforme, pour le moment, de la part des partenaires syndicaux et patronaux en fin de semaine dernière, réunis à Matignon sur le sujet. En effet, les discussions pour la création d’un régime universel devraient reprendre en 2021. C’est l’annonce qui a été faite lors de la conférence sur le dialogue social, organisée vendredi 17 juillet. « La concertation sur les retraites est repoussée, les partenaires sociaux ont jusqu’à la fin de l’année pour discuter des modalités », a précisé François Asselin, président de la CPME.

C’est également l’avis de Valérie Batigne, dirigeante chez Sapiendo Retraite, « 95% du travail sur la réforme des retraites a été mené. La réforme votée a été très amendée et très assouplie par rapport à la version originale. L’objectif de la réforme des retraites était de trouver un mode de financement structurel, pérenne des retraites. Un problème ponctuel lié à la crise du coronavirus s’est ajouté ».

Déficit record de 30 milliards d’euros

Pour le moment, le sujet qui préoccupe le Premier ministre concerne le déficit du système actuel de retraites, soit -30 milliards d’euros en 2020 à cause de la crise sanitaire du coronavirus, selon le COR (Conseil d’orientation des retraites), contre 4 milliards attendus. Il aurait ainsi « repoussé » à plus tard la réforme même du système (et donc celle des régimes spéciaux). Selon les estimations dévoilées mi-juin par le COR, cette dégradation se concentrerait sur les caisses des salariés du privé à hauteur de 27 milliards d’euros, à cause du recours massif au chômage partiel, tandis que les régimes spéciaux et la fonction publique seraient épargnés.

La branche retraite de la « Sécu », l’assurance vieillesse, devrait à elle seule enregistrer une perte de 15 milliards. Le régime complémentaire du privé, l’Agirc-Arrco, qui a sollicité une avance de Bercy avant de recourir aux banques pour verser les pensions de juin, n’aura sans doute d’autres choix que de puiser à nouveau dans ses réserves. Pour l’experte, « les caisses de retraite sont confrontées à un paradoxe : elles connaissent un déficit de rentrée d’argent dans leurs caisses dû à la baisse de cotisations (chômage partiel et baisse des revenus pour certaines professions) et elles doivent tout de même verser les pensions aux retraités actuels. A terme, les solutions pour parvenir à un rééquilibrage pérenne relèvent de ce que j’appelle le « trio infernal » : on augmenterait soit les cotisations, soit l’âge de départ effectif à la retraite, ou alors on baisse les pensions. Ce sont des décisions difficiles. Une autre voie possible est de compenser le manque à gagner par la dette et donc de reporter le problème à plus tard. Là encore, c’est une volonté politique qui doit être éclaircie », détaille Valérie Batigne.

A LIRE>>> Retraite : comment bien préparer son départ

Une conférence de financement très attendue

La « conférence de financement » a été lancée en début d’année et interrompue par l’épidémie du coronavirus. Sauf qu’à cette époque, les syndicats et patronat avaient du mal à s’accorder pour résorber un « déséquilibre annuel de l’ordre de 12 milliards d’euros en 2027« . A date les partenaires ont annoncé ne pas être pressés d’y retourner. « On est dans une situation très compliquée économiquement et socialement », a souligné le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, la semaine dernière, pour qui « la priorité des priorités, ça doit être l’emploi ».

Certaines mesures pourraient revenir dès cet été

Dans le projet de loi de réforme des retraites, était prévu de porter à 1 000 euros net en 2022 le minimum de pension. Une mesure qui a fait sa réapparition récemment, mais uniquement pour les exploitants agricoles. En effet, jeudi 18 juin, l’Assemblée nationale a adopté, en deuxième lecture, la revalorisation des retraites agricoles à 85% du Smic en 2022. Cette mesure est revenue, mais sous sa forme initiale de proposition de loi, hors du cadre de la réforme. Est-ce une volonté du gouvernement de faire passer d’autres mesures sous cette forme ? Comme celle d’un minimum de pension au même niveau pour les indépendants ou pour les femmes d’exploitants agricoles ? Rien n’est tranché.

Autre mesure attendue : le cumul emploi-retraite permettant d’ouvrir de nouveaux droits

Aujourd’hui, si vous continuez à travailler alors que vous avez liquidé votre retraite, vous ne pouvez pas obtenir de nouveaux droits et donc relever votre niveau de pension. La réforme des retraites pourrait mettre fin à ce principe et ouvrir la possibilité d’acquérir de nouveaux droits lorsque les retraités continuent d’exercer une activité. « Cette mesure est très importante, elle permettrait aux retraités qui cumulent retraite et emploi de « cotiser utilement » pour leur retraite, actuellement ils cotisent à fonds perdus » estime Valérie Batigne.  

Christina Diego

Partager
Publié par
Christina Diego

Articles récents

Coronavirus: 88 jours de travail suffisent pour bénéficier du chômage

Depuis le 1er août, la durée d’affiliation minimale requise pour avoir droit à l’allocation chômage passe de 130 à 88…

07/08/2020 16:57

Economie: un déficit commercial record pour la France en juin

Selon les statistiques publiées vendredi 7 août par les Douanes, le déficit commercial français s’est creusé à 7,96 milliards d’euros…

07/08/2020 16:32

Automobile: les réparations coûtent 10% plus cher qu’en 2019

Malgré la diminution de certains tarifs, faire réparer son automobile coûte en moyenne 10% plus cher en 2020 qu’en 2019.

07/08/2020 14:32

Construction: des études géotechniques mieux définies

La réalisation d'études de sol est obligatoire en cas de vente de terrain pour la construction de maisons en zones…

07/08/2020 13:53

Copropriété: les charges ont bondi de 70% en vingt ans

Plus 2% entre 2018 et 2019 mais surtout plus 70% au cours des deux dernières décennies. Pourquoi les charges de…

07/08/2020 12:20

Impôts 2020: vous avez jusqu’au 15 décembre pour corriger votre déclaration

L’application « correction en ligne » est ouverte. Accessible depuis votre espace personnel, elle vous permet de corriger une erreur…

07/08/2020 10:28