Epargne retraite : voici comment améliorer votre future retraite grâce à l’épargne salariale de votre employeur

Si vous êtes salarié, votre employeur peut vous aider à vous constituer une cagnotte que vous toucherez à votre retraite. Plusieurs solutions existent, toutes financièrement et fiscalement attrayantes.

Vous êtes salarié et disposez encore d’une dizaine, voire d’une vingtaine d’années de labeur devant vous. Pensez à regarder l’offre de votre entreprise en matière d’épargne salariale. En effet, les plans d’épargne entreprise (PEE), plans d’épargne retraite collective (Perco), plans d’épargne retraite entreprise (Pere) ou articles 83 peuvent se révéler de véritables alliés pour vous assurer une rente pour vos vieux jours. Ce, à moindre coût, puisque la plupart du temps, les frais sont réglés par votre employeur ! Reste à bien connaître leurs différents atouts, afin d’optimiser votre stratégie.

Le Perco, à privilégier en cas d’abondement dans le cadre de l’épargne salariale

Le Perco, ou plan d’épargne retraite collective, fait partie des dispositifs susceptibles de vous être proposés dans votre entreprise. Il s’agit d’un produit d’épargne salariale dédié à la retraite et accessible à tous les salariés. Votre employeur doit au préalable avoir mis en place un plan d’épargne entreprise (PEE, voir ci-dessous).

Vous y déposez les primes de participation et d’intéressement, échappant ainsi à la fiscalité sur ces sommes (mais pas aux prélèvements sociaux, CSG CRDS). Vous pouvez en plus effectuer des versements volontaires, dans la limite de 25% de votre rémunération brute annuelle. Principal atout du plan, l’entreprise peut abonder vos dépôts, c’est-à-dire les compléter. Dans ce cas, veillez à observer une régularité dans vos versements pour améliorer votre performance.

Au minimum, trois fonds communs de placement d’entreprise (FCPE) sont sélectionnés. Aussi, vous avez tout intérêt à adopter une gestion pensée pour le long terme : « Commencez par choisir des fonds dynamiques puis, à l’approche de votre départ, désensibilisez en douceur votre enveloppe de l’exposition aux risques des marchés financiers », recommande Laure Delahousse, adjointe au délégué général de l’Association française de la gestion (AFG).

Que les moins aguerris soient rassurés : depuis le 1er janvier 2016, le salarié qui n’a pas émis de choix quant à la stratégie de son Perco se voit attribuer par défaut une gestion pilotée, qui réduit progressivement les risques à l’approche de la retraite. Seul véritable inconvénient de ce dispositif : votre épargne ne sera disponible qu’à la retraite. Il existe toutefois des cas de déblocage anticipé. En revanche, vous êtes libre de sortir en rente viagère ou en capital, selon la méthode qui correspondra le mieux à vos besoins.

Le PEE, une enveloppe sur laquelle compter aussi

Nombre de salariés en France n’ont pas accès au Perco mais bénéficient tout de même d’un plan d’épargne entreprise (PEE). Cette enveloppe n’est pas spécifiquement dédiée à la retraite, mais vous pouvez décider de sanctuariser cette épargne dans le but d’améliorer les revenus de vos vieux jours. Sans effort particulier, puisque cela ne vient pas ponctionner votre salaire. En effet, comme le Perco, le PEE sert de réceptacle pour vos primes de participation et d’intéressement, avec les mêmes exonérations fiscales. Et votre employeur peut également décider de l’abonder.

Avantage supplémentaire, vous pouvez récupérer votre argent en capital au bout de cinq ans, ce qui vous peut vous apporter plus de souplesse en cas d’imprévu. Gardez aussi à l’esprit que tant que vous êtes salarié, les frais de tenue de compte sont obligatoirement pris en charge par votre société. Mais ce n’est pas forcément le cas pour les frais d’entrée ou de gestion.

Pour départager PEE et Perco, Philippe Crevel, directeur du Cercle de l’épargne, engage à regarder de près le montant de l’abondement proposé par votre employeur. Si cet avantage se révèle peu important sur votre Perco, mieux vaut conserver plus de liberté avec le PEE et le préserver jusqu’à votre retraite.

Le contrat « article 83» et le Pere, une pension de retraite supplémentaire

Ce dispositif ne relève pas de l’épargne salariale, mais dépend néanmoins du bon vouloir de votre entreprise. Il s’agit d’un contrat de retraite supplémentaire accessible à travers le plan d’épargne retraite entreprise (Pere ou PER Entreprise).

C’est la nouvelle appellation des contrats « article 83 » qui, comme leur nom l’indique, se réfèrent à l’article 83 du Code général des impôts. Depuis 2013, en effet, les versements individuels facultatifs, qui étaient spécifiques à l’ancien Pere, ont été autorisés pour le contrat article 83. Ces deux enveloppes ont alors fusionné sous la seule appellation de Pere, même si aujourd’hui, on rencontre encore les deux dénominations.

Pour Olivier de Fontenay, spécialiste retraite chez Eres, si le Pere est souvent considéré comme le pendant du Perco, « c’est un contrat d’assurance vie collectif avec une gamme de fonds limitée et quelques spécificités en plus ». Le compte est alimenté par des cotisations versées par votre entreprise, mais les sommes ne sont disponibles qu’une fois à la retraite, et uniquement sous forme de rente viagère.

Les cotisations sont généralement calculées en fonction de ce que vous gagnez et sont déductibles de votre revenu imposable. Tout au long de votre carrière, vous pouvez en plus faire librement des versements personnels ouvrant droit à réduction fiscale au titre de l’ép

Sur le même thème

épargne salariale

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique