Réforme des retraites : Agnès Buzyn n’exclut pas encore l’âge pivot à 64 ans

La ministre de la Santé affirme que la question de l’âge pivot à 64 ans est toujours d’actualité, après qu’Emmanuel Macron ait déclaré sa préférence pour un accord sur la durée de cotisation.

Si Agnès Buzyn n'exclut pas la possibilité de cas particuliers et d'adaptation pour certains Français, elle n'exclut pas non plus l'âge pivot universel fixé à 64 ans. Credit:CELINE BREGAND/SIPA/1908271822

Fin août, Emmanuel Macron avait surpris tout le monde en affirmant qu’il préférait « trouver un accord sur la durée de cotisation plutôt que sur l’âge de départ à la retraite ». Pourtant, cette idée de l’âge d’équilibre avait été tranchée par le gouvernement et précisée dans les préconisations du haut commissaire à la réforme Jean-Paul Delevoye. L’âge légal serait fixé à 62 ans et l’âge pour obtenir une pension à taux plein à 64 ans. À la veille des discussions avec les partenaires sociaux, mercredi 4 septembre, la ministre de la Santé Agnès Buzyn, interrogée par Franceinfo, affirme que ce fameux âge pivot à 64 ans est toujours d’actualité.

L’âge pivot à 64 ans est « sur la table »

Pour la ministre, cette idée d’âge pivot n’est pas enterrée, « elle est sur la table, elle va être discutée ». « l’âge pivot c’est l’âge d’équilibre du système ». Agnès Buzyn explique ainsi que le président de la République insistait sur la durée de cotisation pour prendre en compte les Français avec des carrières longues. « Il y a des personnes qui vont devoir travailler un peu moins parce qu’ils ont commencé beaucoup plus tôt », déclare la ministre de la Santé.

A LIRE >> Réforme des retraites: ce que l’on sait sur la concertation, acte II

Des cas particuliers ?

Si Agnès Buzyn n’exclut pas la possibilité de cas particuliers et d’adaptation pour certains Français, elle n’exclut pas non plus l’âge pivot universel fixé à 64 ans. « Nous avons besoin que les Français travaillent un peu plus longtemps pour que l’équilibre financier du système soit assuré et que ce ne soit pas nos enfants qui payent la dette que nous aurons sur les retraites », affirme la ministre de la Santé. Cette dernière insiste cependant sur l’âge légal de départ à 62 ans, avec une décote sur la pension.

« Comment faire coexister la durée et le système par points? C’est ce qui va être discuté avec les partenaires sociaux », décrit la ministre. Pour ce qui est du calendrier, Agnès Buzyn affirme que la concertation ne sera pas d’un an, comme l’avait annoncé le ministre de l’Action et des Comptes publics, mais plutôt de quelques mois.

Sur le même thème

Pension de retraite Réforme des retraites retraite

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique