Ce qui attend les quadras de la génération 1975, premiers de corvée de la réforme des retraites

Né avant ou après 1975 ?

« Nous avons choisi de ne rien changer pour celles qui sont aujourd’hui à moins de 17 ans de la retraite, c’est-à-dire les personnes nées avant 1975, qui auront plus de 50 ans en 2025. » Cette mise au point du Premier ministre, dans son discours devant le Conseil économique et social ce 11 décembre, signifie que si votre année de naissance est antérieure à 1975 (comme c’est le cas pour Edouard Philippe, né en 1970 !), votre future retraite sera toujours calculée selon le modèle actuel (selon les règles du régime vous concernant). Par conséquent, ce sont toutes les personnes nées à partir du 1er janvier 1975 – dont le président de la République (1977) – qui seront concernées par le passage dans le nouveau système de retraite par points.

Un lent passage aux nouvelles règles

« La transition sera très progressive ». Premier point clé pour signifier que les droits acquis dans le système actuel ne seront pas perdus pour les générations 1975 et après. « Toute la partie de carrière effectuée jusqu’à 2025 donnera lieu à une retraite calculée sur les anciennes règles ». Ce qui laisse encore cinq années pleines de cotisation dans le système actuel. Ensuite, à partir de 2025, ce sera le passage au régime par points (les cotisations donneront des points). Bilan, la cohabitation des deux systèmes va durer plusieurs dizaines d’années. Un cadre qui devra toutefois être confirmé dans le projet de loi qui sera présenté en janvier 2020, pour un débat au Parlement à partir de février.

Comment sera calculée la retraite ?

Pour le calcul de la pension finale, un mixage des droits acquis dans les deux systèmes sera fait, au prorata des années de cotisation sans doute (ce qui reste à préciser). « La génération de 1975 qui prendra sa retraite vers 2037 aura 70 % de sa retraite calculée selon l’ancien système », a indiqué le Premier ministre. Un taux évidemment variable selon les évolutions de carrière professionnelle. Cette part sera ensuite décroissante au fil des générations. Sans conteste, ce binôme des systèmes rendra assez compliqué le calcul de sa future pension. Le gouvernement met en avant la lisibilité et simplicité de lecture du futur système en points pour parier, comme le Premier ministre, que les générations concernés « trouveront que ça (la transition, ndlr) ne va pas assez vite ».

Deux autres années charnières : 2004 et 2022

Ils ont quinze ans aujourd’hui. Pour cette génération née en 2004 et donc toutes les suivantes, l’entrée sur le marché du travail se fera automatiquement dans le cadre du nouveau système de retraite. Traduction : toutes les cotisations étiquetées retraite donneront droit à des points de retraite. Mais ce sera aussi le cas pour celles et ceux nés avant 2004 et commençant à travailler à partir de 2022. Exemple : un jeune né en 1999 qui décroche son premier emploi à 25 ans, donc en 2024, cotisera directement dans le régime à points. Bilan : toute première entrée sur le marché du travail à partir de 2022 vaudra de cotiser au système par points.

Frédéric Giquel

Partager
Publié par
Frédéric Giquel

Articles récents

Coronavirus: la location courte durée devient moins rentable

La plateforme Flatlooker a comparé trois scénarios de locations pour déterminer quelle durée est la plus rentable.

09/07/2020 17:02

Ticket gagnant d’Euromillions trouvé : l’indemnité transactionnelle n’est pas imposable

Le Conseil d’État s’est prononcé dans l’affaire du ticket d’Euromillions, qui avait fait gagné 12 millions d’euros à la personne…

09/07/2020 15:46

Entreprise: il est possible de repousser les cotisations patronales en cas de difficultés

La fin de l’urgence sanitaire met un coup d’arrêt aux mesures d’aides aux entreprises, mais si vous rencontrez des difficultés…

09/07/2020 14:02

Retraite : comment bien préparer son départ

Comment vous préparer au mieux à partir en retraite ? Plus vous anticiperez cette question et tout ce que cela…

09/07/2020 12:55

Face à la crise, le modèle des SCPI affiche sa résilience

La crise engendrée par le Covid-19 pourrait-elle faire vaciller un secteur des SCPI (Sociétés civiles de placement immobilier) dont la…

09/07/2020 12:30

Pour les Français, être « riche » commence à 6 000 euros par mois 

76% des personnes interrogées pour le baromètre Odoxa estiment qu’il faudrait un impôt spécifique pour les Français les plus riches

09/07/2020 12:19