Se connecter S’abonner

Retraites : un bug prive des milliers de Français de l’étranger de leur pension

En raison d’un problème informatique à la Caisse nationale d’assurance vieillesse (Cnav), plusieurs milliers de Français de l’étranger n’auraient pas touché leur pension de septembre.

C’est le deuxième bug d’envergure auquel est confronté en très peu de temps la Caisse nationale d’assurance vieillesse (Cnav). Après une erreur technique qui l’a conduit à appliquer des taux erronés de CSG sur les retraites de 206 000 assurés entre janvier et août 2020, un souci a fait que 3 000 ordres de virement ont été rejetés. Le système informatique les a considérés à risque, selon les informations du Parisien.

« Il y a eu un souci sur l’ordre de virement du 9 septembre à destination des assurés ayant un compte bancaire en France avec une adresse postale en Thaïlande, au Brésil, en Croatie et en Australie », détaille la (Cnav) au quotidien.

Virements manuels

L’incident a été identifié dès le 10 septembre. Et la Cnav assure avoir procédé à des virements manuels dès qu’un assuré lui a fait part d’une grande difficulté en raison de l’incident. Parallèlement à ces opérations urgentes, la caisse a réédité l’ensemble des autres ordres rejetés. Selon elle, les comptes des assurés concernés devraient être crédités ce lundi 21 septembre. Les assurés devront ensuite patienter près d’une semaine supplémentaire pour que leur pension arrive sur leur compte à l’étranger.

A LIRE >>> CSG : le remboursement d’un trop-perçu est finalement annulé pour 200 000 retraités

L’incident pourrait toutefois avoir des répercussions importantes sur la vie des retraités de l’étranger. « Ici, si vous ne payez pas votre loyer dans les temps, vous payez une pénalité de 10 euros par jour de retard, et vous risquez la prison et l’expulsion si vous êtes mauvais payeur. Ça ne rigole pas ! », raconte au quotidien Maurice Strahm-Wannaudom. Lui passe sa retraite à Phuket, en Thaïlande. Installé là-bas depuis trois ans, il déplore le manque de communication de la Cnav.

Des conditions parfois strictes

D’autres craignent même de se voir refuser l’extension de leur visa « retraite », d’après leurs posts sur le groupe Facebook Retraité français en Thaïlande. En effet pour rester, leur compte bancaire local doit impérativement être crédité d’au moins 800 000 bahts, soit 21 660 euros. Aussi, la direction de la Cnav invite les assurés « en difficulté critique » à contacter leur caisse par téléphone.