Se connecter S’abonner

Réforme des retraites: selon Gérald Darmanin, la concertation durera une année

Le gouvernement a annoncé il y a quelques jours qu’une concertation citoyenne aura lieu sur ce projet de réforme. Elle devrait se tenir d’ici la fin de l’année.

retraités
Crédit: iStock.

La réforme des retraites se fera avec les Français. C’est ce qu’a tenu à affirmer le ministre de l’Action et des Comptes publics alors qu’il était invité de la radio RTL ce vendredi 30 août. « On va prendre un petit peu moins d’un an pour faire une concertation avec la société, avec les avocats, les infirmières, les fonctionnaires, les professeurs… enfin tous ceux qui sont concernés », a-t-il souligné.

En effet, le gouvernement a annoncé il y a quelques jours le lancement d’une « concertation citoyenne » sur le sujet, dont l’organisation doit être présentée en septembre. Une première phase de débat et de discussion avec les citoyens avait déjà eu lieu, pour préparer le rapport sur la réforme du haut-commissaire Jean-Paul Delevoye. Ce rapport a été rendu public en juillet.

A LIRE >>> Ce qu’il faut retenir du rapport sur la réforme des retraites

Durée de cotisation et âge pivot

Une sorte de grand débat des retraites qui doit avoir lieu « d’ici la fin de l’année » d’après le ministre. « Il faut que chaque Français s’y intéresse. C’est un débat très compliqué et très important », a-t-il indiqué.

Egalement, il est revenu sur les déclarations du président de la République. Lundi, à l’issue du G7, Emmanuel Macron a affirmé lors d’une interview sur France 2 sa préférence pour que le travail de la réforme porte plus sur la durée de cotisation plutôt que l’âge pivot.

A LIRE >>> Le Medef fait sa rentrée, s’approprie le « No future » des Sex Pistols et défend un relèvement de l’âge de départ à la retraite

Pour Gérald Darmnin, le président de la République n’a pas supprimé cet âge, il a juste indiqué sa préférence pour la durée de cotisation, dans un souci d’égalité entre ceux qui entrent tôt dans la vie active et ceux qui entrent tardivement. Le ministre a tenu à rappeler que « l’âge pivot, ce n’est pas l’âge à partir duquel vous allez pouvoir partir en retraite, c’est l’âge à partir duquel le système des retraites s’équilibre (…). C’est très important pour que notre système ne soit pas déséquilibré. Aujourd’hui, il l’est, d’un peu près 15 milliards d’euros ».