Se connecter S’abonner

Retraites : la crise sanitaire pourrait coûter 5 milliards d’euros par an

Le Conseil d’orientation des retraites (COR) estime le surcoût de la crise liée au coronavirus à 21 milliards d’euros cette année. Le déficit du système de retraites plonge à plus de 25 milliards d’euros.

Pension retraite

La note du Conseil d’orientation des retraites (COR) a fuité avant sa publication officielle jeudi 15 octobre. Les experts estiment qu’en raison de la crise sanitaire le déficit du système des retraites va se creuser de 25 milliards d’euros cette année. L’étude, transmise au Premier ministre, est plus optimiste que les prévisions du mois de juin, qui tablaient sur un déficit de 29 milliards d’euros. Le rebond économique de cet été a permis de revoir les chiffres, mais le régime restera déficitaire dans les années qui viennent. En effet, même si la croissance repart, les dépenses resteront importantes, en raison du vieillissement de la population. « La crise provoquerait ainsi un besoin de financement supplémentaire de l’ordre de un point de PIB en 2020 (soit environ 21 milliards d’euros en 2019) puis de 0,2 point les années suivantes (soit un peu moins de 5 milliards d’euros 2019) », précise la note. Autrement dit, la crise liée au coronavirus devrait coûter 5 milliards d’euros par an entre 2021 et 2024 selon les experts.

Cette note précise aussi que les recettes de 2020 ont chuté de 5,4% en raison de l’effondrement de la masse salariale du secteur privé, de 8,4%, selon Les Echos. La baisse des recettes est due au chômage partiel et au report de charges pour les entreprises. Le COR prévoit une reprise de la croissance à partir de 2024. Concernant les dépenses, elles n’ont pas été importantes selon cette étude, notamment en raison de la surmortalité liée à la Covid-19. En effet, le nombre de retraités a diminué de 0,1%, sans toutefois provoquer d’économies pour le système des retraites. En 2024 , le COR estime qu’il manquera 13,3 milliards d’euros au système, soit plus de 0,5 point de PIB.

A LIRE >>> S’ils avaient pu, deux retraités sur trois auraient quitté leur emploi plus tôt pour laisser la place aux jeunes

Le gouvernement doit trancher

Le Conseil d’orientation des retraites a établi cette étude à la demande du gouvernement. L’exécutif doit ensuite décider s’il prend des mesures de redressement des comptes, en décidant de réaliser des économies au plus vite. Le président de la République, Emmanuel Macron, pourrait par exemple décider d’allonger le nombre de trimestres travaillés, pour obtenir un taux plein, ou reculer l’âge de départ à la retraite, ce que craignent les syndicats.