Se connecter S’abonner

Épargne : les Français toujours plus enclins à investir qu’à dépenser

Interrogés sur l’utilisation qu’ils pourraient faire de l’épargne accumulée pendant l’année de crise sanitaire, 39 % des épargnants indiquent vouloir investir, quand 25 % déclarent vouloir la dépenser pour s’offrir des cadeaux, partir en voyage, ou encore acheter une voiture.

investissement
Crédit : Istock.

Après une année 2020 hors norme sur le plan de l’épargne, avec un surplus de liquidités de plus de 130 milliards à la fin de l’année, 2021 s’annonce un cru non moins exceptionnel. Cette année, 25 % des épargnants disent avoir davantage épargné que l’année précédente, 44 % autant et 31 % moins, selon le Baromètre 2021 Altaprofits/Ifop de l’épargne en France et en régions réalisé en avril 2021*.

Les Français comptent-ils se faire plaisir ou bien investir ? Interrogés sur l’utilisation qu’ils pourraient faire de l’épargne accumulée pendant l’année de crise sanitaire, 39 % indiquent vouloir investir. A l’inverse, 25 % déclarent vouloir la dépenser pour s’offrir des cadeaux, partir en voyage, ou encore acheter une voiture. Par ailleurs, toujours à en croire cette étude, développer son épargne financière est privilégié face à l’investissement immobilier : 26 % des épargnants ont le projet de placer les sommes récemment mises de côté, en investissant dans des produits d’épargne réglementés (13 %), en assurance vie (6 %), en Bourse (4 %) ou encore en souscrivant un Plan d’épargne retraite (PER, 2 %). D’un autre côté,13 % des personnes interrogées font le choix d’investir dans l’immobilier locatif (5 %) ou via l’achat d’une résidence principale ou secondaire (8 %).

28% d’intentions d’investissement pour le plan d’épargne retraite

Lancé en 2019, le nouveau PER individuel, qui permet d’épargner pour préparer sa retraite par capitalisation, recueille 28 % d’intentions d’investissement. Les répondants intéressés mettent prioritairement en avant leur intérêt de se constituer un complément de revenu à la retraite (90 % des répondants), puis la déduction fiscale de leurs versements sur leur revenu imposable (80 % des répondants). La souplesse du dispositif, c’est-à-dire la possibilité de choisir entre une sortie en rente viagère ou en capital, séduit 78 % des répondants, et la possibilité de sortie anticipée pour acheter sa résidence principale, 54 % d’entre eux.

Les placements sans risque toujours plébiscités

Globalement, près de 8 épargnants sur 10 privilégient un placement sans risque même si son rendement est faible, tandis que seuls 3 % disent investir dans des produits risqués qui peuvent laisser espérer un rendement important. « Jusqu’à peu, les Français inquiets pour leur retraite n’épargnaient pas pour autant. Ce baromètre montre qu’aujourd’hui ils ont commencé à prendre conscience de la nécessité de la préparer individuellement ; cela se traduit par la notoriété et par le succès que rencontre le PER, lancé il y a seulement 18 mois », déclare Stellane Cohen, présidente d’Altaprofits.


*Baromètre réalisé du 19 au 26 avril 2021, auprès d’un échantillon de 2 400 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, et constitué selon la méthode des quotas. Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto-administré en ligne.