Se connecter S’abonner

Retraite : les pensions des femmes « nettement inférieures » à celles des hommes

En 2019, les femmes ont touché en moyenne des pensions de retraite mensuelles de 1 145 euros par mois, contre 1 924 euros pour les hommes, soit un écart de 40%.

retraite
Crédit: iStock.

Même après la fin de leur activité professionnelle, les femmes, déjà confrontées à l’inégalité salariale au cours de leurs carrières, touchent des pensions de retraite moins élevées que celles des hommes. Ce sont les conclusions du rapport « Les Retraités et les retraites » de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees), qui revient notamment sur les écarts de pensions de retraite de droit direct entre les deux sexes. Selon ces données, en 2019, les femmes touchaient en moyenne 1 145 euros par mois, contre 1 924 euros pour les hommes.

Ainsi, même si les femmes « représentent une part croissante des retraités de droit direct (52,7%), car elles sont de plus en plus en nombreuses à avoir participé au marché du travail », le montant de leurs pensions de retraite est toujours « nettement inférieur » de 40% à celui des hommes. Plus encore, l’écart se creuse lorsque l’on regarde ces chiffres selon une approche générationnelle, mais ces différences tendent toutefois à se réduire, souligne la Drees. Pour la génération 1930, les pensions de retraite des femmes sont inférieures de 54 % à celles des hommes, contre 31 % pour la génération 1953. De même, en 2004, l’écart des pensions entre les femmes et les hommes s’établissait à 50%, soit 10% de plus qu’en 2019. 

Des différences de pensions de retraite qui se réduisent

Un écart qui s’explique notamment « par la différence de durée de carrière entre les femmes et les hommes », mais qui se ressert au fil des générations en raison de « la réduction progressive » de cette différence de durée. « La proportion de femmes ayant validé une carrière complète augmente régulièrement au fil des générations, alors que la proportion d’hommes dans cette situation stagne », précise ainsi la Drees. L’écart se réduit aussi pour les pensions de réversion, touchées majoritairement par les femmes, avec 1 399 euros par mois pour ces dernières, contre 1 947 euros pour les hommes, soit une différence de 28%.