Se connecter S’abonner

Economie : les annonces de Macron

Le chef de l’État a annoncé lundi 12 juillet l’obligation de vaccination pour les soignants et l’extension du pass sanitaire afin de freiner une « reprise forte de l’épidémie ». Il en a aussi profité pour dévoiler un plan d’investissement à la rentrée et a mis l’accent sur les réformes à venir.

macron

Dès le 15 septembre, la vaccination sera obligatoire pour les personnels soignants et non soignants des hôpitaux, cliniques, Ehpad et maisons de retraite, ainsi que pour les professionnels et bénévoles auprès des personnes âgées, y compris à domicile. Des contrôles seront opérés et des sanctions prises, a annoncé le ministre de la Santé Olivier Véran.

Le pass sanitaire est généralisé. Dès le 21 juillet, un test covid négatif ou une attestation de vaccination seront demandés dans les « lieux de loisirs et de culture » rassemblant plus de 50 personnes, à partir de 12 ans. Début août le dispositif sera étendu aux cafés, restaurants, centres commerciaux, ainsi qu’aux avions, trains, cars longs trajets et aux établissements médicaux. L’état d’urgence sanitaire va être déclaré mardi en Martinique et à La Réunion, et un couvre-feu y sera instauré en raison de la circulation accrue du coronavirus.

Sur le plan économique, Emmanuel Macron s’est voulu rassurant, annonçant que le gouvernement prévoyait que la croissance devrait s’établir à 6% en 2021 en France, « en tête des économies européennes » pour rebondir après la crise du Covid-19.

Réforme des retraites

Il a annoncé un « plan d’investissement » à la rentrée pour « bâtir la France de 2030 » et « faire émerger dans notre pays et en Europe les champions de demain ». Outre la réforme de l’assurance chômage, qui sera « pleinement mise en œuvre dès le 1er octobre », Emmanuel Macron a annoncé que la réforme contestée des retraites sera engagée « dès que les conditions sanitaires seront réunies » et « la reprise bien assurée ».

Les « régimes spéciaux devront être supprimés » pour les nouveaux entrants, l’âge de départ devra « être plus tardif » et toute retraite pour une carrière complète devra être supérieure à 1.000 euros, a-t-il ajouté.

Il a par ailleurs annoncé un « revenu d’engagement » pour les jeunes sans emploi ou sans formation, particulièrement touchés par la crise sanitaire, et qui sera créé à la rentrée. Enfin, le chef de l’État a promis « une meilleure prise en charge » pour les aînés et personnes en situation de handicap.