Se connecter S’abonner

La bourse comme solution pour sauver les retraites

Dans son dernier rapport sans concession, le cabinet ACDEFI dresse un tableau très pessimiste du système des retraites français avec la conclusion qu’il est nécessaire de se constituer soi-même une épargne long terme. La bourse apparait comme une des meilleures solutions pour y parvenir.

actions

« Un système Madoff à l’échelle hexagonale ». C’est ainsi que qualifie aujourd’hui le cabinet ACDEFI notre bon vieux système de retraite par répartition, voué à l’explosion si rien ne change. Son président, Marc Touati, n’y va pas par quatre chemins pour décrire la situation avec des arguments chocs : alors que l’on comptait trois actifs pour un retraité jusqu’au début des années 1970, le ratio est aujourd’hui passé à 1,5 actif pour un retraité et il va continuer pour se dégrader pour retomber dans le meilleur des cas à 1,3 en 2030.

Le risque est que, comme dans un système de Ponzi, repris beaucoup plus tard par le financier Bernard Madoff, un jour, les nouveaux cotisants ne seront plus suffisamment nombreux pour payer les anciens. Car l’espérance de vie après la retraite ne cesse d’augmenter : 2 ans dans les années 50, 15 ans dans les années 1990 et 23 ans aujourd’hui ! De quoi creuser les déficits au-delà des anticipations du Conseil d’orientation des retraites (COR), dont les calculs seraient basés sur des hypothèses très optimistes comme par exemple un taux de chômage contenu entre 5% et 7% et une augmentation de la productivité de 1,8% par an à l’avenir, contre moins de 1% depuis quinze ans. Conclusion, il faudrait que les Français investissent 1000 milliards d’euros dans leur épargne retraite par capitalisation pour maintenir leur niveau de retraite.

Performance de 7,6% sur la seule dernière décennie

Comment faire face à un tel défi ? Les solutions ne manquent pas : assurance vie, plan d’épargne retraite, immobilier locatif…mais le placement le plus rentable, le plus liquide et le plus simple sur le long terme reste les actions. C’est aussi l’un des plus risqués, mais sur longue période, les krachs et les phases de correction sont largement effacés. Et le cabinet ACDEFI de rappeler le gain moyen annualisé de 5,2% observé sur les actions mondiales au cours des 120 dernières années (corrigé de l’inflation), performance qui passe même à 7,6% sur la seule dernière décennie. En ce qui concerne le CAC 40 dividendes réinvestis, la performance annuelle atteint 2,5% sur 20 ans, et 7,5% depuis 10 ans.

Problème, les Français rechignent encore à investir en bourse. Un sondage réalisé cet été par Ipsos pour le compte de la plateforme boursière Trade Republic montre que seulement 28% des français possèdent des actions ou souhaitent y investir. Beaucoup sont freinés par le risque perçu ou le manque de connaissances relatives à ce type de placement. Toutefois, deux tiers des français ne sont pas dans une posture de rejet et sont conscients de l’utilité et du potentiel de l’investissement en actions. Deux tiers des jeunes de moins de 35 ans sont même ouverts à de nouveaux services d’investissements en entreprise plus transparents et accessibles.

Pour tous ceux qui hésitent encore à franchir le pas, la société Trade Republic propose d’investir sur les marchés du monde entier en actions et ETF pour seulement 1 euro par ordre, quelque soit le montant. Son directeur France, Matthias Baccino, recommande même l’investissement programmé d’une somme modeste à intervalle régulier sur plusieurs années, ce qui permet de répondre à la question de quand acheter et combien. Le jeu peut effectivement en valoir la chandelle. Un épargnant ayant investi 100 euros par mois sur un ETF MSCI Euro depuis 2012 disposerait aujourd’hui d’un capital d’environ 21500 euros pour une mise totale de 11400 euros, soit un rendement total de 88%.