Se connecter S’abonner

Retraite : Edouard Philippe propose un départ « à 65, 66 ou 67 ans »

Dans une interview accordée à Challenges, jeudi 30 septembre, l’ancien Premier ministre a plaidé pour un nouveau report de l’âge de départ à la retraite, l’une des solutions selon lui pour retrouver des « marges de manœuvres budgétaires ».

retraite
Crédit: iStock.

L’âge de départ à la retraite pourrait-il être repoussé au-delà des 64 ans initialement envisagés dans le projet de réforme du gouvernement ? C’est du moins ce que propose Edouard Philippe dans une interview accordée à Challenges, jeudi 30 septembre. Interrogé sur la dette publique de la France et les solutions qui pourraient permettre de la réduire, l’ancien Premier ministre a d’abord insisté sur l’importance de la réforme des retraites, « la première à faire » selon lui pour « couper dans les dépenses »

« A près de 330 milliards, les pensions constituent de loin le premier poste budgétaire – plus d’un quart de la dépense publique – et le premier foyer d’économies possibles », a affirmé le maire du Havre, excluant toutefois de les diminuer pour ne pas « appauvrir les retraités » ou, à l’inverse, d’augmenter les cotisations « dans un pays déjà champion des prélèvements obligatoires ». La réforme des retraites permettrait en revanche, selon lui, de ne pas « plomber la compétitivité de la France », à condition « d’allonger la durée de vie active ». Edouard Philippe propose dans cette perspective de repousser l’âge de départ à la retraite « à 65, 66 ou 67 ans »

La question des régimes de retraite

S’il reconnaît que sa proposition « n’est pas une mesure facile à porter », l’ancien chef du gouvernement met cependant en avant auprès de Challenges l’exemple de nos voisins européens ayant appliqué un dispositif similaire, à l’image de « l’Allemagne ou l’Italie qui ont fixé l’âge de la retraite à 67 ans ». Il l’assure, « si nous décalons nettement l’âge de la retraite, nous retrouverons même des marges de manœuvre budgétaires ». Mais comment faire accepter la mesure, alors que la piste d’un report à 64 ans cristallise déjà les tensions entre les syndicats et le gouvernement ?

Edouard Philippe prône dans ce contexte une mise en œuvre progressive, affirmant au passage que « ceux qui promettent de régler la question des retraites sans augmenter la durée de la vie active mentent aux Français ». « Chacun comprend bien que si l’espérance de vie augmente, la durée de la vie active doit aussi progresser », explique-t-il à Challenges. Selon lui, la réforme doit en outre « s’accompagner de revalorisation des petites retraites et du rapprochement des différents régimes afin de réduire les inégalités ». L’ancien Premier ministre propose ainsi d’instaurer trois régimes de retraites, « pour les salariés du privé, les fonctionnaires et les indépendants », au lieu des 42 en vigueur actuellement.