Se connecter S’abonner

Economie : l’OCDE recommande de relever l’âge de départ à la retraite

Dans son étude économique de la France en 2021, l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) préconise de relancer les réformes en France, notamment celle des retraites.

réforme des retraites
Crédit : iStock.

L’économie connaît un rebond en 2021, après une récession historique en 2020. Cette année, la croissance du PIB devrait atteindre 6,8%, et 4,2% en 2022 selon le dernier rapport de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Ces prévisions sont supérieures à celles du gouvernement. Mais les dispositifs de soutien public « ont limité le choc économique et social », écrit l’institution dans son étude économique de la France en 2021, publiée le 18 novembre. L’emploi et les revenus ont été préservés par l’activité partielle, et les entreprises ont été soutenues par le fonds de solidarité, les reports de paiement d’impôts et les prêts garantis par l’Etat. « Les aides budgétaires directes à l’activité économique ont atteint 3,1 % du PIB en 2020 et 4,1 % en 2021 », précise le rapport. Les nouvelles aides (plan de relance de 100 milliards d’euros et plan « France 2030 ») sont plus sélectives, axées « à juste titre sur les transitions écologique et numérique ».

Toutefois, « les risques restent élevés » et la croissance pourrait être plus importante, à condition que les ménages dépensent leur épargne en 2022. De plus, l’OCDE préconise une réduction progressive de la dette publique, notamment en réformant le système de retraite. L’organisation suggère de relever l’âge minimum de départ à la retraite en fonction de l’espérance de vie à 65 ans, car « l’âge effectif de sortie du marché du travail est le second plus bas de l’OCDE, ce qui nuit à la croissance potentielle ».

Réformer le financement de l’accompagnement des demandeurs d’emploi

Certaines dépenses « manquent d’efficacité » selon le rapport, notamment en ce qui concerne la scolarité. « Les résultats scolaires reflètent en grande partie le milieu familial des élèves, et les importantes aides à la recherche-développement ne se traduisent pas totalement dans l’innovation des entreprises », notent les experts. D’autres mesures prises par l’exécutif ne permettent pas une croissance dynamique à long terme selon l’OCDE, comme les dépenses fiscales liées aux heures supplémentaires, aux taux réduits de taxe sur la valeur ajoutée (TVA) ou aux subventions aux combustibles fossiles. Il faudrait plutôt « réduire les dépenses fiscales (…) qui ne bénéficient pas aux ménages modestes et les mesures qui favorisent la constitution d’une épargne excessive ».

L’organisation propose aussi de réformer la gouvernance des finances publiques, en mettant en œuvre « une règle de dépenses pluriannuelle s’appliquant à l’ensemble du secteur public ». Un texte a justement été adopté en ce sens ce jeudi 18 novembre par les députés. Par ailleurs, l’OCDE encourage également les mesures en faveur de l’emploi, misant sur celui des jeunes (avec l’extension de la garantie jeunes) et des seniors. Elle appelle aussi à « réformer le financement de l’accompagnement des demandeurs d’emploi afin qu’il soit en phase avec la situation économique », précise le rapport. Enfin, l’OCDE mise sur une croissance plus verte et la promotion de l’égalité des chances.