Se connecter S’abonner

Retraite : vieillir chez soi coûte plus cher en 2021

Le coût des produits et des services pour bien vieillir à domicile est de 1.090 euros par mois selon une étude.

Mutuaité française dépendance maison de retraite
Crédit : iStock.

« Combien ça coûte d’être vieux en France ? » : c’est le titre un peu provocateur du sondage réalisé par Silver Alliance daté du 23 novembre. C’est le 2e baromètre sur le sujet publié par la première alliance d’entreprises du secteur et Retraite.com dans Le Parisien. Il faut donc 1.090 euros par mois pour vieillir dignement chez soi, à partir de 65 ans et sur 30 ans, en dehors des frais fixes comme le loyer, l’électricité, et des frais récurrents comme l’alimentation. Cela coûte moins cher pour un couple puisqu’il faut compter 1.500 euros en moyenne. C’est la somme nécessaire pour les services et les produits qui servent à vivre confortablement chez soi, ce qui représente un peu plus de 13.000 euros par an. Ce coût a augmenté de 3,49% en 2021.

Trois tranches d’âge ont été définies par les experts : de 65 à 75 ans, de 75 à 85 ans et après 85 ans. La pension moyenne prise en compte est de 1.410 euros mensuels en 2020. Pour la première tranche d’âge, le budget s’élève à 583 euros par mois pour bien vieillir chez soi, avec un reste à vivre de 827 euros. Pour la deuxième tranche d’âge, le total est de 748 euros de frais, soit un reste à vivre de 662 euros par mois. Enfin, pour la troisième tranche d’âge, le coûte s’élève à 1.939 euros. Il manque 529 euros aux personnes de plus de 85 ans qui souhaitent vieillir à domicile, selon cette étude. Elle a été réalisée à partir de devis sur des services tels que l’aide à domicile, ou encore à partir de simulations sur des produits comme les mutuelles ou encore les aménagements du logement. Les aides ont aussi été prises en compte, tout comme les crédits d’impôt, entre autres.

Hausse des prix des mutuelles

La hausse de 3,49% de ces coûts « est à nuancer car elle varie d’un profil à l’autre », précise Ludovic Herschlikovitz, le fondateur de Retraite.com. Les 65-75 ans ne connaissent pas de hausse, par exemple, à l’inverse des plus de 85 ans qui connaissent une augmentation de 5,56% des coûts. Cela serait dû, entre autres, à la disparition de l’aide d’Action logement pour aménager la salle de bain. Mais les experts soulignent surtout que ce sont les mutuelles qui ont fait augmenter les prix. La hausse est de 9% et elle serait compensée par le 100% Santé qui concerne les lunettes, les prothèses dentaires et les prothèses auditives. « Au niveau budget, c’est relativement neutre, mais ça va dans le sens d’un meilleur accès à la santé, car certains seniors n’imaginaient même pas pouvoir s’équiper d’audioprothèses », explique au Parisien le directeur de Silver Alliance, Benjamin Zimmer.

De plus, certains produits subiraient une hausse de prix en raison de la hausse de ceux des matières premières. Par exemple, le prix de l’acier aura de l’influence sur le coût d’une canne. Autres produits concernés, les appareils comme les bracelets anti-chutes, impactés par la crise des semi-conducteurs. En 2030, trois millions de personnes devraient être concernées par la perte d’autonomie selon la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees). « Il y a un vrai intérêt à pouvoir rester chez soi, dans son environnement avec un certain nombre de services. D’autant que, malgré ces augmentations, ça coûte beaucoup moins cher qu’en EHPAD », conclut Ludovic Herschlikovitz dans les colonnes du quotidien.