Se connecter S’abonner

Assurance retraite : ce qui pourrait changer pour mieux vous accompagner

A la suite de l’organisation d’agoras destinées à recueillir les doléances des assurés, l’assurance retraite dit avoir pris conscience de la nécessité d’améliorer certains de ses services. Tour d’horizon de ce qui devrait changer.

retraite

Relayé par les Caisses d’assurance retraite et de la santé au travail (Carsat), la Caisse nationale d’assurance vieillesse (Cnav) avait fait appel à ses assurés pour faire un point sur la qualité des services qu’elle propose. L’heure est désormais au bilan et aux pistes pour mieux accompagner les retraités. Si le thème de la consultation portait sur les délais de traitement, l’assurance retraite se doutait « bien que, derrière cette question de délais de traitement, beaucoup de choses étaient dissimulées », confirme à Capital Frédéric Birrittieri, directeur de la relation assurés à la Cnav d’Île-de-France. Pour preuve, l’un des points noirs mis en avant par les retraités est la redondance des demandes d’information et tout particulièrement la transmission d’informations entre la retraite de base et la retraite complémentaire.

Si les choses se passent plutôt bien entre la Cnav et l’Agirc-Arrco, la retraite complémentaire des anciens salariés du privé, les transmissions d’informations semblent moins fluides avec les autres caisses. Les retraités n’ont alors d’autres choix que de renvoyer les mêmes documents. Selon le mensuel, la demande unique de retraite en ligne limite les envois multiples, qui concernent essentiellement les demandes réalisées par voie postale. « Il y a quelques plans d’actions en interne qui vont évoluer notamment sur le sujet de la relation avec les retraites complémentaires, car nous payons, côté satisfaction de l’assurance retraite, ce qui est du dysfonctionnement dans la transmission d’information », précise le directeur de la relation assurés. Une bonne nouvelle pour les actifs qui feront valoir leurs droits à la retraite dans quelques années, après avoir eu des carrières multiples et ayant travaillé tantôt dans le privé, tantôt dans le public ou en indépendant.

Aller vers ceux qui ne connaissent pas leurs droits

L’information envoyée aux personnes qui déposent une demande de retraite pourrait elle aussi évoluer. La Cnav réfléchit à la manière de suivre avec précision les avancées du dossier. Les différentes étapes pourraient, pourquoi pas, être signalées sur le portail en ligne ou faire l’objet de l’envoi d’un SMS.

La lutte contre le non-recours à certaines prestations sociales pourrait elle aussi faire l’objet d’améliorations. Capital explique que certaines personnes ne perçoivent pas de prestations auxquelles elles ont pourtant le droit par manque d’informations ou parce qu’elles ne souhaitent pas réclamer d’aides. Si des automatisations existent déjà afin d’éviter une rupture de ressources, la Cnav estime devoir aller vers ces personnes, notamment celles éligibles au minimum vieillesse.