Se connecter S’abonner

Retraite : reporter l’âge de départ pourrait rapporter gros

La candidate Valérie Pécresse veut repousser l’âge de départ à la retraite à 65 ans d’ici à 2030. Soit cinq mois de plus par an. Détails.

retraite
Crédit : iStock.

Repousser l’âge de la retraite pour résoudre la complexe équation financière de l’Etat et de la Sécurité sociale au sortir de la crise du coronavirus. Trois des candidats principaux à l’élection présidentielle considèrent qu’il s’agit du meilleur moyen d’y parvenir. Même si cette mesure est impopulaire, de nombreux Français l’estiment inéluctable. pour rappel, en 2020, le déficit du système de retraite représentait 18 milliards d’euros, selon le Conseil d’orientation des retraites (COR). Au lieu de geler les pensions ou d’augmenter les cotisations, deux leviers d’équilibre du système de retraite, ces candidats préfèrent reporter l’âge de la retraite, rapporte les Echos.

Une retraite et différentes échéances

La candidate des Républicains, Valérie Pécresse souhaite repousser l’âge de départ à la retraite à 65 ans, d’ici à 2030. Soit environ cinq mois de plus par an. Dans son entourage, on évoque une économie de 16 milliards d’euros en 2027, la dernière année du quinquennat. Eric Zemmour, le candidat du parti Reconquête souhaite également repousser la retraite. Mais pas autant que sa concurrente. Pour l’ancien journaliste, repousser l’âge de départ à la retraite à 64 ans en 2030 (soit trois mois supplémentaires par année), permettrait d’économiser 20 milliards d’euros. Dernier candidat à prôner un allongement de l’âge de départ, Emmanuel Macron souhaite que les salariés prennent leur retraite à 65 ans, au rythme de quatre mois par année.

Pour Les Echos, l’Institut Montaigne a calculé le gain potentiel de ces réformes. En 2030, une fois l’âge-cible atteint, le gain représenterait 10,7 milliards chez Eric Zemmour. Des économies qui seraient en parties survenues, même sans réforme car le think tank libéral précise que l’âge moyen conjoncturel de départ à la retraite avoisinera les 63,5 ans en 2030. Et chez la candidate les Républicains, le gain équivaudrait bien à 16,2 milliards en 2030. Soit 1,8 milliard de moins que le président-candidat en 2030. Pour 2027, la réforme d’Emmanuel Macron serait relativement lente. Elle ne lui permettrait d’engranger « que » 7,7 milliards.

Pour réaliser ces calculs, l’Institut a constaté que le recul d’un an de l’âge légal entraînait en moyenne un recul de 0,6 an de l’âge effectif de départ. Ce qui représente 7,2 mois. Une nouvelle réforme ne changerait pas le comportement des assurés qui souhaitent partir au-delà de l’âge légal. En travaillant trois ans de plus, les assurés bénéficieraient de 21,6 mois de cotisations supplémentaires. Ce qui équivaut à 7,3 milliards d’euros. Au-delà des cotisations, les pensions mensuelles non versées se calent sur un barème similaire à 19,7 milliards d’euros.