Se connecter S’abonner

Retraite : deux visions différentes vont se disputer l’issue du second tour

À deux semaines du second tour de l’élection présidentielle, l’âge du départ à la retraite pourrait peser dans l’opinion publique. Détails.

retraite
Crédit : iStock.

Sur le sujet de la retraite, ils ont un avis divergent. Et c’est peut-être l’un des enjeux du second tour à venir des élections présidentielles françaises, explique RTL. Alors qu’Emmanuel Macron et Marine Le Pen se disputeront le siège présidentiel le 24 avril prochain, les deux candidats avaient déjà présenté leurs orientations à propos d’une (nouvelle) réforme des retraites. Pour le président sortant, il s’agirait de repousser l’âge légal de départ à 65 ans. Mais aussi de prendre sa revanche sur ce dossier qu’il s’était résolu à traiter dès son premier mandat. Il en aura été empêché, notamment en raison de la crise sanitaire. La candidate du Rassemblement national (RN), elle, voudrait l’abaisser à un âge compris entre 60 et 62 ans.

Ceux qui ont fait de longues études partiront plus tard à la retraite

Emmanuel Macron souhaite ainsi faire travailler les Français plus longtemps. Selon lui, c’est une condition sine qua non pour que l’économie tricolore soit compétitive. Au-delà d’un âge de départ allongé, il souhaite supprimer les régimes spéciaux dont bénéficiaient les employés d’EDF ou encore de la RATP. Pour finir, il promet une retraite indexée sur l’inflation, ainsi qu’une pension minimale de 1.100 euros pour une carrière complète. Marine Le Pen, elle, serait un peu moins généreuse. Si elle souhaite revaloriser les pensions de retraite, elle propose un montant minimum de 1.000 euros par mois. Si, dans un premier temps, elle prônait un départ à la retraite à 60 ans, elle a modifié sa trajectoire. Désormais, la candidate RN garantit un départ à 60 ans, dans le cas où le salarié a commencé à travailler à 20 ans. S’il a commencé avant sa 24e année, il pourra partir entre 60 et 62 ans. Ceux qui ont fait de longues études, eux, devront partir à la retraite entre 62 et 67 ans. Comme aujourd’hui, donc.

Mais une telle réforme n’est pas gratuite. Le président-candidat estime que sa réforme des retraites permettra de faire des économies, rapporte le média. Celles-ci se chiffreraient à 18 milliards d’euros par an, à compter de 2032, année où la réforme s’appliquera pour tout le monde. Il souhaite en effet rendre progressif ce passage de 62 à 65 ans à la retraite. Du côté de Marine Le Pen, il y aurait un surcoût de 10 milliards d’euros par an, car il faut indemniser les retraités plus tôt.