Se connecter S’abonner

Retraites complémentaires : l’Agirc-Arrco attend un gros excédent

Le régime versant les retraites complémentaires des cadres et des salariés du privé peut se targuer d’un excédent de 3,7 milliards d’euros en 2022.

retraites complémentaires
Malgré des pensions de retraites moins bien revalorisées dans les années à venir, les retraités ne seront pas perdants pour Bruno Le Maire, le ministre de l’Economie.


Bonne nouvelle pour l’Agirc-Arrco, le régime versant les retraites complémentaires des cadres et des salariés du privé Agirc-Arrco. Cette année, le « résultat technique » est estimé à 3,7 milliards d’euros, au regard d’un document interne consulté par l’AFP, relayé par Ouest France vendredi 23 septembre 2022. L’an dernier déjà, 2,6 milliards d’euros avaient été enregistrés. La reprise économique post-Covid continue donc d’augmenter les bénéfices du régime géré par les syndicats et le patronat.

Alors les pensions pourraient-elles être davantage revalorisées ? Pour l’instant, seule une hausse avoisinant les 5% (4,9%) est garantie. Elle s’est imposée en raison de l’évolution des salaires (4,8%) et comme rattrapage de l’inflation de 2021 qui avait été sous-estimée (0,1%).

Une commission paritaire pour les retraites complémentaires

C’est moins que la hausse des prix hors tabac, estimée par l’Agirc-Arrco à 5,3 % en glissement annuel. Cependant, c’est un peu mieux que les 4% accordés par le gouvernement cet été sur la pension de base versée par la Sécurité sociale.

Si l’on observe les 84 milliards d’euros de prestations budgétées pour 2022, les dépenses bondiront de plus de 4 milliards d’euros l’an prochain en raison de cette augmentation mécanique. L’essentiel pour les négociateurs est de conserver le pouvoir d’achat des retraités. Ils devront donc en discuter à l’occasion d’une « commission paritaire » qui se déroulera dans l’après-midi du mardi 27 septembre, s’ils veulent espérer obtenir davantage. Le 6 octobre, une décision sera prise en conseil d’administration. Mais il faudra probablement attendre 2023 pour remodeler certaines règles établies avant la crise sanitaire. Et ainsi changer les choses.