Se connecter S’abonner

Retraites : depuis 1975, l’emploi des seniors n’a jamais été aussi élevé

Pour faciliter l’emploi des seniors, la réforme des retraites prévoit un « index seniors », applicable dès cette année dans certains cas.

retraites

Dans sa réforme des retraites, présentée le 10 janvier, l’exécutif a réaffirmé sa volonté de prioriser l’emploi des seniors. Si celui-ci est largement inférieur à la moyenne européenne en France, la Dares constate une progression constante depuis les années 2000. Il s’agit en effet d’un des premiers critères de discrimination dans les entreprises, à en croire les directeurs des ressources humaines (DRH), rapporte BFMTV, vendredi 13 janvier. Cette thématique constitue donc un enjeu majeur.

« L’objectif du plein emploi n’est atteignable que si on améliore le taux d’emploi des seniors », expliquait le ministre du Travail Olivier Dussopt en octobre dernier sur l’antenne de nos confrères. Pourtant, seuls 56 % des personnes de 55 à 64 ans étaient en emploi en 2021 (contre 60,5 % au niveau de l’Union européenne) et 59,7 % en activité (emploi, RSA, allocations chômage). C’est un point de plus par rapport à l’année précédente. Parmi les 27 pays de l’union, la France se hisse alors à la seizième position.

A la suite des réformes des retraites, la part des retraités diminue

Néanmoins, « ces taux sont au plus haut depuis 1975 », observe la Dares. « Entre 2014 et 2021, la part des seniors en emploi augmente de 7,7 points, tandis que celle des retraités diminue, à la suite suite des réformes des retraites » précise-t-elle dans une note. « Le taux d’emploi des seniors augmente depuis 2000, en lien avec les réformes des retraites allongeant les durées de cotisation puis reculant l’âge d’ouverture des droits. Entre 2000 et 2021, le taux d’emploi et le taux d’activité des seniors progressent respectivement de 25 et 27 points, soit en moyenne un peu plus d’un point par an », ajoute la Dares.

La part des personnes en emploi augmente de 7,7 points, entre 2014 et 2021, sur l’ensemble des 55-64 ans. Concernant les femmes, ces taux pour les 55-64 ans sont toutefois plus bas que ceux des hommes avec 54,3% pour le taux d’emploi et 57,9 % pour l’activité contre 57,7% et 61,7 % pour les hommes. Malgré une tendance vers le mieux, après 60 ans « le taux d’emploi est en forte diminution », constate la Dares, avec 35,5% et 20% à partir de 64 ans. Les Français de 60-64 ans sont d’ailleurs nettement en deçà de la moyenne européenne en matière de taux d’emploi (-10,9 points).

« Cette baisse est notamment la conséquence des transitions progressives vers la retraite : jusqu’à 55 ans, la part de personnes en retraite est marginale, alors qu’à 60 ans, une personne sur six environ est retraitée, et que deux sur trois le sont à 63 ans » est-il écrit.

Un taux de chômage des seniors à 6,8 % en 2019

En 2011, le taux de chômage des seniors était de 6,3 %, un taux légèrement inférieur à celui d’avant pandémie (6,8% en 2019). Même si l’écart diminue depuis 2003, il reste plus bas que celui de l’ensemble des actifs. « Il augmente avec l’âge (de 6% pour les 55-59 ans à 6,9% pour les 60-64 ans), contrairement à la part de chômeurs (nombre de chômeurs parmi les actifs et les inactifs), qui diminue. Cela est dû à la baisse de la part de seniors actifs à partir de 60 ans, avec le basculement progressif vers la retraite. Le taux de chômage des seniors diminue depuis 2015. Depuis 2003, il est toujours inférieur à celui de l’ensemble des actifs de 15 à 64 ans, mais l’écart tend à se réduire : compris entre -3,5 et -4 points de 2003 à 2006, il est de -1,6 point en 2021 », détaille la Dares.

Pour faciliter l’emploi des seniors, la réforme des retraites prévoit un « index seniors », lequel devra être publié par toutes les entreprises de plus de 1000 salariés dès cette année, et 300 salariés en 2024. Celui-ci a pour vocation de « valoriser les bonnes pratiques et de dénoncer les mauvaises ». Des sanctions pourront être prises si cela n’est pas respecté.