Se connecter S’abonner

Retraites : quelle ampleur pour la mobilisation du 19 janvier ?

Outre le secteur des transports, ceux de l’hôpital, de l’éducation nationale, de la fonction publique et de la police suivront la grève contre la réforme des retraites.

retraites
Apres plusieurs jours de greve du RER A les usagers empruntent des lignes alternatives. A Saint-Lazare ils se rabattent sur les lignes de metro 3, 12 et 13. Paris, FRANCE-17/12/2009

Jeudi noir en perspective ? Alors que le gouvernement a présenté sa réforme des retraites le 10 janvier, les syndicats ont unanimement décrété une première journée de grève le 19 janvier. Si pour l’heure il est encore impossible de prévoir l’ampleur de la mobilisation, celle-ci pourrait conduire à une poursuite du mouvement, explique BFMTV lundi 16 janvier.

Les transports perturbés par la réforme des retraites

Les transports seront probablement très perturbés. A la SNCF comme à la RATP, les syndicats sont unis et les prévisions de trafic seront communiquées à la veille du mouvement de grève. Le but est avant tout de marquer les esprits. En prévision d’une circulation ralentie sur le réseau RATP, nombreuses sont les entreprises franciliennes qui ont déjà enjoint leurs employés à rester en télétravail, si leur activité le permet. Dans le ciel, ce sera a priori un petit peu mieux. Seul un syndicat représentant les contrôleurs aériens a posé un préavis de grève, mais l’intersyndicale (CFDT, CGT, FO, CFE-CGC, CFTC,UNSA, Solidaires et FSU) a invité tous les salariés des aéroports à se joindre au mouvement, rendant difficilement évaluable l’importance des perturbations.

A la pompe, la situation de pénurie que les Français ont rencontrée pendant plusieurs semaines, pourrait se reproduire. La branche Pétrole de la CGT a ainsi appelé à plusieurs jours de grève dans un communiqué. Selon le coordinateur national du syndicat pour TotalEnergies, Eric Sellini, cet appel provoquera des « baisses de débit » et « l’arrêt des expéditions ». Si le calendrier n’exclut pas l’arrêt des installations de raffinages, Elisabeth Borne demande aux syndicats de « ne pas pénaliser les Français ».

L’hôpital, l’éducation nationale, la fonction publique et la police se mobilisent

L’hôpital, lui aussi, sera mobilisé. Et cela risque d’avoir une incidence sur l’accueil des patients, car même si de nombreux soignants en grève seront toutefois en poste, ils risquent d’avoir des problèmes de transport pour se rendre au travail. Au-delà des annonces sur les retraites, le secteur est miné par des conditions de travail souvent difficiles et des salaires qui ne suivent pas, en dépit des revalorisations permises par le Ségur de la santé.

Même chose du côté de l’éducation nationale, dont les syndicats fustigent la perspective de travailler deux ans supplémentaires. La FSU se joindra donc à la grève générale du 19 janvier. Dans un communiqué publié le 10 janvier, elle pointe « des mesures brutales et injustes ». « Qualité du service public, salaires, retraites, il s’agit à chaque fois d’une question de répartition des richesses, le gouvernement ouvre plusieurs fronts, soyons présent-es sur tous ! », conclut-elle. L’appel à la grève devrait être massivement suivi.

La fonction publique et la police ne sont pas en reste. Tous les agents de la fonction publique sont incités par l’intersyndicale à se mobiliser face à une réforme décrite comme « injuste et inutile ». Les huit organisations qui représentent la fonction publique ont exigé du gouvernement, dans un rare communiqué commun « le retrait de son projet de reporter l’âge légal de départ à la retraite de 62 ans à 64 ans et d’augmenter la durée de cotisation ». Enfin, dans la police, la perspective de travailler deux ans de plus, avec un départ à 59 ans dans le cas d’un départ à taux plein, contre 57 aujourd’hui n’enchante pas. Synergie-Officiers, une des composantes de l’intersyndicale de la police nationale a appelé à une mobilisation importante le 19 janvier.