Se connecter S’abonner

Retraites : ce que la grève réserve aux Français

retraites


Un mobilisation d’ampleur ? C’est toute la question qui se pose, au premier jour de manifestation contre la réforme des retraites porté par le gouvernement Borne, jeudi 19 janvier 2023. « Nous espérons que cette expression populaire ne se transformera pas en blocage », déclarait encore le porte-parole du gouvernement Olivier Véran, mercredi 18 janvier. Pour l’heure, il est impossible de prédire ce qu’il se passera dans les jours et les semaines à venir. Mais la grève va perturber le quotidien des Français, explique Ouest France.

Transports, écoles, collèges et lycées, vent debout face à la réforme des retraites

Ce sont d’abord les transports qui connaîtront des perturbations liées à la grève. Dans le pire des cas, la SNCF prévoit un TGV sur cinq, un sur trois dans le meilleur des cas, selon les régions. Aucun Intercités ne circulera jusqu’à vendredi matin, à l’exception d’un Paris-Clermont. Pour les TER, ce sera un train sur dix en circulation. La grève sera également très suivi sur les rails de la RATP : le trafic sera perturbé sur toutes les lignes de métro et de RER, à l’exception des lignes 1 et 14, qui devraient néanmoins connaître une forte affluence. Les lignes 8, 10 et 11 du métro parisien, elles, seront complètement à l’arrêt.

Dans le secteur aérien, la grève sera également suivie avec des perturbations moins importantes que sur le rail. À l’aéroport d’Orly, 20 % des vols ont ainsi été annulés en prévention de la mobilisation des contrôleurs aériens. Il ne faut pas exclure d’autres perturbations et retards.

Du côté des écoles, la mobilisation s’annonce également importante. Lundi, le Snuipp-FSU, premier syndicat du primaire,a annoncé « 70 % » d’enseignants grévistes, pour « au moins un tiers des écoles […] complètements fermées ». Dans le secondaire, le Snes-FSU prévoit « une grève très suivie », dans des propos rapportés par l’AFP.

10.000 policiers et gendarmes déployés

Dans les centrales électriques, la grève va également engendrer des baisses de production, sans toutefois provoquer de coupures de courant. Mercredi 18 janvier, une première baisse a été observée dès le début de la soirée. Cependant, l’idée de « coupures ciblées », agitée par la CGT, inquiète. Jeudi 19 janvier, dans les raffineries et les dépôts de carburants, la grève est suivie par entre 70 % et 100 % de grévistes mais « les stocks peuvent largement absorber » cette première journée de grève, selon Eric Sellini, responsable CGT chez TotalEnergies.

Les syndicats seront présents dans 215 à 250 villes françaises, jeudi 19 janvier. A Paris, c’est depuis la place de la République, vers 14 heures, que s’élancera le cortège qui rejoindra la place de la Nation. Dans la capitale, la police prévoit entre 50.000 et 80.000 manifestants, et entre 550.000 et 750.000 sur tout le territoire français. Pour suivre ces rassemblements, plus de 10.000 policiers et gendarmes seront mobilisés, dont 3.500 à Paris, a détaillé Gérald Darmanin, le ministre de l’Intérieur, au micro de RTL, mercredi 18 janvier.