Se connecter S’abonner

« Retraite : comment réussir son transfert PER ? »

Transférer un ancien Perp ou contrat Madelin peut s’avérer coûteux financièrement. Ce qu’il faut savoir pour réduire le coût.

Gilles Belloir, directeur général du courtier en ligne Placement-direct.fr.

Depuis son lancement officiel, en octobre 2019, le Plan d’épargne retraite (PER) connaît un succès croissant auprès des Français. À fin novembre 2021, les PER comptaient déjà 2,5 millions d’assurés, pour un encours de 27,1 milliards d’euros (+149 % sur un an), selon les chiffres publiés par France Assureurs. Les atouts du PER sont nombreux pour ceux qui souhaitent débuter la préparation de leur retraite. C’est également le cas pour les épargnants désireux d’y transférer d’anciens dispositifs tels que les Perp et autres contrats Madelin, fermés à la commercialisation depuis le 1er octobre 2020. Car, en plus de la déductibilité fiscale des cotisations, le PER apporte des évolutions attendues par les épargnants sur au moins deux points clés.

D’une part, il autorise à la retraite une sortie sous la forme d’un capital ou d’un capital fractionné et non plus uniquement (ou essentiellement) en rente viagère.D’autre part, le PER peut être débloqué avant l’âge de la retraite s’il est utilisé pour l’achat de la résidence principale. Si vous êtes séduit par les caractéristiques du PER et que vous souhaitez en profiter pour moderniser un vieux contrat Perp ou Madelin parfois peu généreux en solutions d’investissement et très chargé en frais, un transfert s’impose. Vigilance toutefois. Pour réussir l’opération il convient d’être méthodique, car des frais parfois très lourds peuvent être prélevés par l’établissement que vous quittez. 

Une stratégie qui diffère selon l’ancienneté du contrat


Si votre ancien dispositif d’épargne retraite a été souscrit il y a plus de dix ans, la réglementation interdit l’application de frais de transfert sortants. Dans cette situation, il n’y a alors pas de frein à demander un transfert, sans frais, de votre contrat vers n’importe quel PER.
A l’inverse, si votre ancien dispositif d’épargne retraite a été souscrit il y a moins de dix ans, l’établissement quitté peut prélever des frais de transfert sortants, plafonnés par la réglementation à 5 %. Dans la pratique les compagnies d’assurance retiennent d’ailleurs souvent un niveau de frais proche de ce plafond.


S’il ne manque que quelques mois, voire une année, à votre contrat pour franchir ce cap, il est sans doute préférable de patienter avant de réaliser un transfert vers le PER de votre choix, afin de bénéficier de la gratuité de l’opération.Si votre ancien dispositif d’épargne retraite a été souscrit plus récemment, un transfert sortant vers le PER de votre choix sera potentiellement coûteux, surtout si l’épargne constituée est déjà importante. Première solution : vous vous armez de patience jusqu’au 10e anniversaire de votre contrat. Autre option : vous réalisez le transfert en deux étapes. Dans un premier temps vous demandez au sein de votre établissement actuel un transfert interne de votre ancien dispositif d’épargne retraite vers le PER maison (et non celui de votre choix). Cette opération, proposée par de nombreux acteurs, est généralement réalisée sans frais.


Dans un second temps, vous demandez le transfert de ce PER vers le PER de votre choix. En effet, la loi Pacte a réduit les frais de transfert sortants d’un PER vers un autre PER. Ils sont dorénavant plafonnés à 1 % et nuls passé un délai de cinq ans. Un bon moyen limiter significativement le coût du transfert.