Se connecter S’abonner

Épargne retraite : bientôt davantage de transparence dans les frais des PER

Avec le ministère de l’Economie, professionnels de l’assurance et de la banque annoncent la publication d’un tableau standardisé, dans lequel on retrouve l’ensemble des frais concernant les Plans d’épargne retraite (PER).

Bruno Le Maire
Crédit : NICOLAS MESSYASZ/SIPA/1903201500

La question du coût trop élevé des plans d’épargne retraite (PER) sera-t-elle enfin réglée ? Les acteurs de la Place et Bercy travaillent, en tout cas, à « renforcer la transparence des frais du PER et de l’assurance vie ». Pour ce faire, un tableau, qui entre en vigueur le 1er juin 2022, doit permettre d’ajouter de la simplicité et de la lisibilité pour les épargnants. « Aujourd’hui, c’est extrêmement compliqué d’arriver à s’y retrouver », a concédé le ministre de l’Économie Bruno Le Maire lors d’un point presse téléphonique, mardi 2 février.

Le tableau standard regroupant les frais par catégorie sera ainsi mis en ligne sur le site de chaque producteur de PER ou d’assurance vie. « Cette plus grande transparence doit nourrir une plus grande concurrence, pour diversifier plus encore les offres de PER et d’assurance-vie et soutenir le pouvoir d’achat des épargnants », selon Bercy.

4,3 millions de titulaires d’un PER

Deux ans et demi après la création de ces nouveaux produits issus de la loi Pacte, le succès est au rendez-vous. En effet, 4,3 millions de Français sont titulaires d’un PER pour 48,5 milliards d’euros d’encours fin septembre 2021, d’après les chiffres du ministère de l’Économie. Soit plus que les 3 millions et 30 milliards d’euros initialement visés pour 2022.

Reste que la question des frais, jugés trop chers, constitue encore un « obstacle » pour le développement de l’épargne retraite. Ce que dénonçait déjà l’année dernière le Comité consultatif du secteur financier (CCSF). Les frais de gestion annuels peuvent en effet atteindre 2% à 3% de l’encours et des frais de versement à 1%, ce qui « fait cher le clic ».

La Fédération bancaire française a de son côté témoigné dans un communiqué de la « volonté de l’ensemble des acteurs de continuer à développer l’attractivité du PER et de l’assurance vie« .