Se connecter S’abonner

Retraite complémentaire : la fin d’une revalorisation basée sur l’inflation ?

Dès le 1er novembre, le point utilisé pour calculer le montant des pensions de retraite ne devrait plus être indexé à l’inflation. Un coup dur pour les cadres, dont la retraite complémentaire peut dépasser la pension de base.

retraite
Crédit: iStock.

La retraite complémentaire des cadres, ingénieurs et autres techniciens représente jusqu’à 60% de leur pension. Alors, ceux-ci sont particulièrement attentifs à sa revalorisation. Selon Le Parisien, qui a eu accès à une note datée du mois de septembre, l’augmentation de la valeur de service du point retraite sera limitée à 0,9% au lieu de 1,4% espéré en raison de l’inflation. Un sort qui serait déjà scellé, sans attendre le 1er octobre.

Alors que l’inflation pousse les prix dans de nombreux secteurs, cette sous-indexation se traduira par une perte de pouvoir d’achat. Elle pourrait atteindre 1% sur deux ans pour les 13 millions de retraités cotisant à l’Agirc-Arrco. L’impact de cette décision ne se limitera pas à la pension versée aux retraités actuels. Elle touchera également les futurs retraités, puisque la valeur du point sera déconnectée de l’inflation en 2021 et 2022. Parallèlement, le prix d’achat du point est stable. Sa valeur n’a pas bougé depuis 2020 alors qu’il aurait dû baisser de 5%, selon le quotidien.

Un seul syndicat prêt à s’opposer à cette décision

Si le choix de sous-indexer la retraite complémentaire pourrait être remis en cause. Certains syndicats gestionnaires des caisses de retraite complémentaire, qui ont le pouvoir de s’opposer à son entrée en vigueur, n’y mettront pas leur veto. Seule la CFE-CGC, qui représente les cadres, a fait part de son intention d’utiliser son droit d’opposition. Mais pour s’opposer à un accord, il faut représenter au moins 50% des salariés, un seuil qui ne sera pas atteint, rappellent Les Echos.

Du côté de FO, Michel Beaugas explique au Parisien : « Il y a un risque juridique si l’on dénonce cet accord : que les retraités se retrouvent avec zéro augmentation. Il vaut mieux ça que rien ! ». En sous-indexant le point permettant de calculer la retraite, le régime complémentaire espère renflouer ses caisses. Excédentaire en 2019, l’Agirc-Arrco affichait, en 2020, un déficit de 4,8 milliards, mais disposait encore de 65 milliards d’euros de réserve dans ses caisses. De quoi tenir neuf mois, soit bien plus que la règle d’or l’obligeant à disposer de l’équivalent de six mois de pensions.