Se connecter S’abonner

« Femmes : 4 conseils pour améliorer votre retraite »

Les pensions de retraite des femmes sont, en moyenne, 40% inférieures à celles des hommes, selon le rapport de la Drees « Les retraités et les retraites » de 2021. Cette situation tend à s’améliorer preuve qu’elle n’est pas une fatalité, à condition de prendre tôt dans la carrière la mesure de ses choix. Par Valérie Batigne, fondatrice et présidente de Sapiendo Retraite. 

Valérie Batigne. Crédit : Sapiendo Retraite

Les chiffres sont éloquents : à la retraite, les femmes touchent en moyenne une pension brute de droit direct (hors pension de réversion) de seulement 1 145 € par mois alors qu’elle de 1 924 € pour les hommes ! Soulignons aussi qu’une femme sur deux (52 %) perçoit une pension inferieure à 1 000 €, contre 20 % des hommes (rapport de mission « petites retraites », Mai 2021). 

Cet écart est le miroir des inégalités de carrière entre hommes et femmes. Des inégalités sur le salaire tout d’abord. Le montant de la pension de retraite étant calculé à partir des rémunérations perçues tout au long d’une vie professionnelle, des salaires plus faibles donnent des pensions plus faibles. Ces écarts sont aussi dus à des choix ou aléas de carrière. Les femmes font encore plus souvent que les hommes le choix de diminuer ou interrompre leur activité pour s’occuper des enfants. Les femmes occupent aussi plus que les hommes des emplois à temps partiel. En effet, depuis 40 ans, 80% des emplois à temps partiels sont occupés par les femmes. Et en général ces postes sont peu qualifiés et faiblement rémunérés, selon l’enquête emploi 2013-2016 de l’Insee.

Quatre conseils pour changer la situation et améliorer la retraite des femmes

1 – Posez-vous la question du mariage

Si vous êtes pacsée ou vivez en concubinage et que votre partenaire décède, vous ne pourrez pas toucher la réversion. En effet, la réversion ne s’applique qu’en cas de mariage. Les concubins ou les partenaires de pacs, n’y ont pas encore le droit.

En revanche, si vous percevez déjà une pension der reversion, réfléchissez à deux fois avant de vous remarier. Dans la plupart des régimes, le remariage supprime le droit à pension de réversion au titre de l’ex-conjoint.

2 – Ne travaillez pas avec votre conjoint sans être déclarée

C’est une règle d’Or. Faites-vous déclarer auprès des organismes sociaux pour avoir une protection sociale et généré des droits pour votre retraite.

Optez au moins pour le statut de conjoint collaborateur. La charge financière est moins lourde pour l’entreprise qui ne paie que les cotisations sociales sans vous verser de salaire.

Quand on dit qu’en amour on ne compte pas… Il s’agit aussi d’un bon moyen pour faire valoir et reconnaitre vos compétences auprès de l’élu de votre cœur.

3 – Avant de prendre un congé parental ou travailler à temps partiel pour vous occuper de vos enfants, évaluez la perte de vos droits à la retraite et négociez !

Même si les temps commencent à changer, les femmes assument plus naturellement la fonction éducative au sein des familles, et l’on sait à quel point le suivi des enfants prennent du temps et de l’énergie ! Avant de faire ce choix, calculez les droits à la retraite que vous perdez en travaillant moins et profitez-en pour négocier avec le père des versements dans un PER (plan d’épargne retraite) !

4 – Informez-vous tôt dans votre carrière pour être en mesure de faire les bons choix

Ces inégalités ne sont pas une fatalité à condition de prendre tôt dans sa carrière la mesure de ses choix en s’informant. Sapiendo milite pour une information plus accessible en mettant en évidence le montant des cotisations retraite prélevé sur les rémunérations sur les bulletins de salaire.

En effet, une rémunération, c’est à la fois un revenu immédiat (le montant que l’on touche tout de suite) et un revenu différé (droits acquis pour la retraite grâce aux cotisations versées). Cette information sur la rémunération différée qu’est la retraite permettra de prendre la bonne décision en cas de projet d’interruption ou diminution de l’activité professionnelle.

Grâce à cette mesure, les femmes prendraient ainsi conscience de ce qu’elles perdraient en réduisant ou en interrompant leur activité mais également le niveau d’information en matière de retraite serait amélioré́ pour l’ensemble des Français. Ce qui n’est pas négligeable quand on connait le sentiment de manque d’information en la matière.