Se connecter S’abonner

Retraite : à quel âge pourrez-vous quitter la vie professionnelle ?

Si vous décidez de partir en retraite dès 62 ans, votre pension de base subira une décote si vous n’avez validé la durée d’assurance exigée.

régimes spéciaux
Crédit : iStock.

La seule condition exigée pour liquider votre pension dans les régimes de retraite de base obligatoires auxquels vous avez cotisé durant votre carrière est d’avoir atteint l’âge minimum légal de départ en retraite. Pour les actifs nés à compter de 1955, cet âge est fixé à 62 ans. Et ce, que vous soyez salarié, fonctionnaire, travailleur indépendant, professionnel libéral ou chef d’entreprise. En d’autres termes, vous pouvez liquider vos droits à la retraite en 2022 si vous êtes né en 1960 ou avant.

Décote et taux plein

Si vous décidez de quitter la vie professionnelle dès 62 ans, votre pension de base subira une décote si vous n’avez validé la durée d’assurance exigée (entre 166 et 172 trimestres selon votre année de naissance) pour bénéficier d’une retraite à taux plein. Vous aurez alors peut-être intérêt à travailler quelques années de plus pour valider vos trimestres manquants, et éviter de toucher une pension minorée. A moins de préférer racheter des trimestres de retraite au titre de vos années d’études supérieures ou de vos années de travail incomplètes. Cette option étant toutefois très onéreuse lorsqu’elle est exercée en fin de carrière.

Quoiqu’il en soit, si vous continuez de travailler jusqu’à 67 ans, vous aurez droit à une retraite à taux plein. Y compris si vous n’avez pas validé le nombre de trimestres requis pour votre génération, car vous aurez alors atteint l’âge à taux plein automatique. Vous y aurez même droit avant 67 ans (à partir de 62 ans ou de 65 ans, selon le cas) si vous remplissez certaines conditions : vous touchez une pension d’invalidité, vous êtes inapte au travail, vous avez cessé de travailler pendant 30 mois au moins pour devenir aidant familial, etc.

Comment obtenir une retraite majorée

Retenez également que si vous continuez de travailler au-delà de 62 ans tout en ayant réuni le nombre de trimestres nécessaires pour percevoir une pension à taux plein, vous aurez droit à une surcote. Chaque trimestre supplémentaire travaillé vous ouvrira alors droit à une majoration de 1,25 % de votre pension de retraite de base (0,75 % si vous êtes professionnel libéral).

Bon à savoir : Les salariés doivent patienter un an à compter de la date à laquelle ils remplissent les conditions pour bénéficier d’une retraite de base à taux plein pour liquider leur retraite complémentaire Agirc-Arrco. A défaut, cette dernière est, sauf exceptions, minorée de 10% pendant 3 ans, et au maximum jusqu’à 67 ans. A l’inverse, ceux qui diffèrent la liquidation de leur retraite complémentaire d’au moins 2 ans ont droit à une majoration de 10, 20 ou 30 % pendant un an.

Retraite anticipée

Plusieurs dispositifs de retraite anticipée permettent aux actifs qui ont commencé à travailler jeune, qui ont eu une carrière pénible, qui occupent un emploi public exposé à des risques particuliers ou qui sont en situation de handicap de liquider leur retraite de base à taux plein avant 62 ans, même s’ils n’ont pas validé le nombre de trimestres requis pour leur génération. Selon le cas, l’âge minimum de départ est alors compris entre 52 et 60 ans. Mais l’accès à ces dispositifs est subordonné au respect de conditions strictes.

Par exemple, la retraite anticipée pour carrière longue n’est ouverte qu’aux actifs qui ont commencé à travailler avant 20 ans et qui ont validé une durée d’assurance minimale pour la retraite. Pour connaître l’ensemble des conditions à remplir pour partir en retraite anticipée, rapprochez-vous de vos caisses qui les gèrent.

Bon à savoir : Vous pouvez créer un compte personnel sur le site suivant. Vous y retrouverez les droits à la retraite que vous avez validés tout au long de votre carrière. Vous pourrez aussi simuler votre âge de départ et le montant de votre future pension, en fonction de vos choix de vie et de carrière.