Se connecter S’abonner

Retraites complémentaires : quelle revalorisation en 2022 ?

Certains organismes ont déjà annoncé des revalorisations anticipées, notamment en raison de l’inflation. Explications.

retraites complémentaires
Pixabay

Pour faire face à l’inflation, le gouvernement a annoncé en mai une revalorisation des retraites, indexée sur l’inflation, à partir du mois de juillet. Le ministre du Travail, Olivier Dussopt, avait alors précisé faire référence « au régime général, aux pensions de base », puisque les retraites complémentaires « relèvent des partenaires sociaux ». Certains organismes ont déjà annoncé des revalorisations anticipées, mais le doute planait encore sur la stratégie de l’Agirc-Arrco.

Les retraites complémentaires inférieures à l’inflation

Le principal organisme de retraites complémentaires, qui gère celles des salariés du privé, a finalement confirmé qu’il n’y aurait pas de hausse avant l’heure, rapporte Le Parisien. Les bénéficiaires devront donc attendre la revalorisation annuelle prévue le 1er novembre. Quant à son montant, il sera le résultat de négociations qui s’annoncent déjà tendues, prévues à l’automne 2022. Si certains espéraient un alignement sur les 4% annoncés par l’exécutif, ils risquent d’être déçus.

Ces pensions sont, en effet, indexées sur l’inflation, mais ne peuvent dépasser la hausse du montant du salaire moyen par tête (SMPT) sur un an. Or, celui-ci évolue moins vite que les prix. Certaines sources évoquent déjà le chiffre de 2,9%, sur le modèle de ce qu’a annoncé l’Unédic. Il faudra cependant attendre les chiffres officiels de l’inflation sur le mois de juillet, rendus publics fin août ou début septembre.

Mais l’enjeu de la hausse ne se limite pas à ces méthodes de calcul. « Le patronat – qui siège dans ces instances au même titre que les syndicats – n’a qu’une crainte : que le signal envoyé par ce type de hausse déclenche des revendications en chaîne portées par les syndicats dans les entreprises pour négocier », juge Michel Beaugas chargé des retraites chez FO, cité par Le Parisien.